Atelier sur la linguistique des langues amazighes au Département de linguistique de l’Université McGill

MONTRÉAL (SIWEL)  Le Département de linguistique de la prestigieuse Université a organisé pour la deuxième année consécutive un Atelier sur la linguistique des langues amazighes les 21 et 22 mars 2018. Cet atelier, subventionné par le Conseil de recherche en sciences humaines, un organisme du gouvernement fédéral du Canada, se veut un point de rencontre annuel entre les étudiants en linguistique de l’Université McGill et les chercheurs en linguistique amazighe en Amérique du Nord.

L’équipe de recherche est dirigée par Jessica Coon et comprend parmi ses membres Nico Baier, chercheur postdoctoral à McGillKhokha Fahloune, étudiante en doctorat à l’Uqam, Karim Achab, chercheur en linguistique amazighe et professeur à temps partiel à l’université d’Ottawa, ainsi que deux assistantes de recherche, Karima Ouazar et Sadia Nahi.

Ce colloque se veut un point de jonction entre les étudiants de McGill et les linguistes amazighisants en Amérique du Nord.

Dans la matinée du 21 mars, quinze étudiants et étudiantes de l’Université McGill ont présenté leurs travaux de recherche sur la langue kabyle. Dans l’après-midi, Karim Achab a présenté son travail de recherche sur l’Anti-accord dans la langue kabyle ; Hamid Ouali, professeur à l’Université Visconsin aux États-Unis, a présenté son travail sur l’aspect en amazigh ; Khokha Fahloune a présenté son travail sur les différences entre les clitiques et les marques d’accord dans les langues amazighes, tandis que Nico Baier a présenté son travail sur le lien entre le trait de personne et la marque de cas morphologique.

Les communications seront publiées prochainement dans la revue McGill Working Papers in Linguistics.

Le 22 mars fut consacré à une rencontre de travail entre les chercheurs ainsi réunis, ce qui a permis de déterminer les axes de recherche en syntaxe et en morphologie pour les années à venir.

Vidéo: Karim Achab entrain de présenter son travail de recherche sur l’Anti-accord dans la langue kabyle à l’Université McGill.

 SIWEL 155025 MAR 19


Karim Achab
Professeur de linguistique et de grammaire française à l’Université d’Ottawa. Il fut celui qui a inauguré l’enseignement de Tamazight, niveau secondaire, à Ottawa en 2001, au sein du Conseil scolaire Ottawa-Carleton.Titulaire d’un doctorat en linguistique, obtenu en 2006, à l’Université d’Ottawa et d’un DEA d’anglais, obtenu à l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris III).
Il a également effectué un postdocorat dans la même discipline à l’Université d’Ottawa en 2006/2007.

Passionné des langues, il est aussi titulaire de plusieurs autres diplômes en langues et civilisations anglaises, hongroies, anglo-irlandaises et berbères obtenus à l’Université Sorbonne Nouvelle et à l’INALCO (Paris).

Il a publié plusieurs articles dans les domaines de la linguistique et des études berbères. Son ouvrage, « Internal structure of verb meaning (A study of Verbs in Tamazight) » a paru en 2012 en Angleterre.

Karim Achab est aussi un conférencier, un fervent défenseur des droits humains et militant du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK.

Monsieur Achab animera une conférence dont le thème est Matoub Lounès, mémoire profanée, le dimanche 14 avril 2019, au centre de la communauté Sourde situé au 2200 Crémazie E  Montréal (QC) H2E 2Z8. 

Cursus de Karim Achab, le nouveau ministre de la Langue et Culture kabyles

Partager ceci...