Un kabyle attaqué à l’acide par des algériens lors d’une manifestation à Paris

PARIS (SIWEL) — Lors de la manifestation contre le pouvoir algérien organisée dimanche 06 octobre 2019 à Paris, les manifestants algériens ont aspergé un militant indépendantiste kabyle, président de la Fédération kabyle de football, Aksel Bellabbaci, d’un produit chimique.

Suite aux échauffourées qui ont eu lieu entre les algérianistes arabo-islamistes manifestant avec les drapeau algériens et palestiniens les Kabyles souverainistes manifestant avec les drapeaux kabyles et amazighs, la police française étant intervenue en usant du gaz lacrymogène. Aksel n’a pas pris au sérieux les démangeaisons au niveau du cou où des rougeurs s’étaient rapidement muées en cloques…

Ce n’est que lorsqu’il était fiévreux 24 heures plus tard qu’Aksel s’est rendu aux urgences, conclusion : « Brûlure 2e degré environ 3% face latérale et rétro-auriculaire cervicale droite avec phlyctènes, causée par produit chimique ».

Afin d’éviter des complications dues au risque de rétraction de la peau pouvant comprimer les vaisseaux et les nerfs sous-jacents, ce qui peut causer des ischémies en aval, la victime a été conduite au Centre de traitement des brûlés de l’hôpital Saint-Louis.

Contacté par Siwel, Aksel Bellabbaci a fait ce témoignage :

Accompagné de quelques amis indépendantistes Kabyles, lorsque nous arrivâmes sur la place de la République, un groupe de manifestants algériens s’est mis à nous insulter et pousser violemment pour nous faire sortir des carrés de la marche. (…) L’un d’entre-eux me jeta alors un liquide dont les médecins n’ont pas encore su diagnostiquer la composition si ce n’est qu’il s’agitsse d’une substance chimique. (…)

Notre drapeau kabyle n’était pas le bienvenu dans une manifestation « algérienne » paraît-il ! (…)

J’ai senti qu’il y avait dans l’air une profonde haine antikabyle. Quel fut ma colère en voyant le drapeau palestinien flotter à la tête de cette marche censée être « algérienne » alors que les drapeaux kabyles étaient rejetés par des agents de Gaid Salah, infiltrés dans le Mouvement de la Révolution du Vendredi… (…)

Le plus grave est cette prise de position de quelques éléments de la police française qui ont pris à partie les militants kabyles, tels des contre-manifestants, alors que nous sommes de ceux qui défient le plus le système algérien, et de ceux qui ont subi ses pires châtiments, d’agressions morales et physiques, kidnappings, prisons, exil et assassinats.

Si l’on avait affaire à une véritable Révolution, elle devrait plutôt en finir avec les pratiques du système, et non les renouveler. Personnellement je considère que j’ai eu affaire au système ce dimanche et ce sont ses agents qui m’ont jeté de l’acide sur mon cou. Je tiens à dire à tous les fascistes que nous les militants kabyles serons toujours, vent debout, contre l’intolérance et la dictature et que nous finirons bien par triomphe de leurs idéologies funestes et de leurs ignobles pratiques. À bas le fascisme. À bas le néocolonialisme. Vive la Kabylie libre et indépendante

Aksel Bellabbaci

SIWEL 081230 OCT 19

Partager ceci...