Rachid Hitouche répond à Kamel Daoud : « La Kabylie n’est plus une région mais Un Pays »

KABYLIE (SIWEL) — Le poète et romancier kabyle Rachid Hitouche réagit aux propos de l’écrivain algérien Kamel Daoud qui, dans un entretien à El Watan*, a révélé ses viles pensées quant à la Kabyles et aux Kabyles, lui dont les seuls lecteurs francophones en Algérie sont précisément les Kabyles. Révélant ainsi son antikabylisme primaire, tout comme l’est finalement la majorité des algériens fussent-ils des « intellectuels » ou de simples petites gens de la rue. Ci-dessous la réponse dans son intégralité :

M. Kamel Daoud ;

« Quand on essaye de mystifier la vérité, que nous nous laissions transporter dans et par l’euphorie d’un réveil ô combien trop tardif de son peuple, on cherche surement des causes auxquelles désespérément il faut s’accrocher« . Kamel Daoud « un intellectuel à sens unique » qui avait gardé le silence, quand les militants indépendantistes Kabyles pacifiques se faisaient lyncher par le régime colonial algérien, le voilà un peu franc dans sa chronique.

« Le Régime, dit Kamel Daoud, habitué à frapper la Kabylie, il frappa la Kabylie. Il suffisait de replonger les autres régions du Pays dans le silence et le sommeil et l’indifférence. » Là, M. Daoud, reconnait on ne peut mieux, que sans la Kabylie et son peuple, le reste des peuples d’Algérie, moulé dans l’arabo-islamisme, est asphyxié, inapte, mortifié dans la peur qui l’a toujours habité, incapable de se lever pour sa survie.

Oui M. Daoud, ce mouvement de contestation, encore une fois, est venu de Kherrata en Kabylie le 16 Février 2018 et non le 22 comme vous insistez à le nationaliser. Une autre preuve de cette reconnaissance tardive, mais reconnaissance quand même.

Vous dites plus loin, « Une région qui a raison, seule, n’a pas raison. Elle est seulement seule. » Croyez-moi, vous n’êtes pas dans le tort complet, mais plutôt dans une reconnaissance imparfaite, alors, rendons-là parfaite et qu’on en finisse. La Kabylie n’est plus une région mais Un Pays. Un pays qui se bat depuis 2001, quand les autres régions, comme vous l’avez mentionné si bien, par complaisance mais surtout par indifférence, applaudissaient les actions criminelles d’un régime raciste et dictatorial à l’égard d’un peuple qui se battait déjà pour la liberté, et que vous appelez aujourd’hui à la rescousse. Hélas pour vous ! La Kabylie s’est, depuis, détachée âme et corps de l’Algérie, et ce ne sont pas les quelques signes d’une traitre-fraternité, qui remettront en cause son envol vers sa liberté et son indépendance. Et vous devriez le savoir et bien, le fait d’être SEULE, la Kabylie est convaincue qu’elle est dans la raison. Qu’elle est différente du reste des peuples d’Algérie voisine. Qu’elle dispose de sa personnalité Identitaire, Linguistique et Culturelle. La Kabylie s’en va pour son meilleur, SEULE, que d’être accompagnée par les handicapés du sommeil qui font de la servitude un mode de vie, quand cette dernière est livrée par le pouvoir à la vindicte de ces mêmes algériens.

Plus loin encore, mais toujours dans votre chronique vous écriviez : « … Rappeler aux algériens qu’un régime qui va mourir est plus féroce qu’un régime qui vient de naitre. Rappeler à la Kabylie qu’il faut être plus intelligent que la douleur et le souvenir de la douleur

Ces deux phrases sont parfaites, mais au premier degré, c’est la deuxième qui me touche le plus M. Daoud. La Kabylie n’a pas besoin de rappel, la Kabylie est intelligente et toujours en éveil, elle n’a jamais sombré dans l’inertie bien au contraire, elle continue à se battre pour rendre justice à ses enfants assassinés par un régime de voyous.

J’aimerai bien vous voir vous déplacer chez les mères, femmes, sœurs, pères et frères de tous ceux et celles aujourd’hui sont devenus exactement un souvenir éternel, qui ne pourra se permettre aucune autre trahison ni oubli.

Vous pouvez toujours rappeler les Algériens, toujours les inciter et peut-être qu’un jour ils reconnaitront, eux aussi, que la Kabylie avait tout essayé pour faire d’eux des peuples libres mais en vain. Rappelez-le pour eux M., Daoud. Faites-le tant que vous en avez le moyen. Dites-leur que la Kabylie est en avance et qu’elle ne désir que la paix et ne souhaite que vivre en harmonie avec ses voisins et tous les peuples du monde. »

Mais M. Daoud, n’essayez plus de rappeler quoi que ce soit à la Kabylie, dont vous reconnaissez ici, le Statut de Peuple Kabyle donc pas algérien.

Réponse cordiale à M. Kamel Daoud, d’un amoureux de Sa Kabylie libre et indépendante.

Rachid Hitouche

SIWEL 062355 JUIL 19

(*) https://www.elwatan.com/edition/culture/le-salut-de-lalgerie-viendra-le-jour-ou-la-pluralite-sera-acceptee-29-06-2019?fbclid=IwAR1rECJ-RyKzXveNopaAiskQpbOjciFzeqMHDiej1yCB_4I-p4_sj-r1TNw

Partager ceci...