Les fermetures de routes feraient-elles partie du plan de paralysie totale de la Kabylie programmé par l’Algérie coloniale ?

GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
MOUVEMENT POUR L’AUTODÉTERMINATION DE LA KABYLIE
MAK-ANAVAD
COORDINATION RÉGIONALE DE L’EST

 

En ces moments de marasme social excessivement entretenu en Kabylie par les autorités coloniales algériennes, du blocage sans précédent des investissements, d’un embargo économique contre le peuple kabyle et de même la répression administrative et policière qui s’abat quotidiennement sur les citoyens, les syndicalistes et militants de tous bords, la contestation par la fermeture des routes semble l’expression la plus appropriée ou la plus disposée dont on use, malheureusement, à tort et à travers.

Ceci dit, les fermetures de différentes routes par les contestataires, a été constatée à travers le département de Vgayet pendant une dizaine de jours d’affilée à l’indifférence totale des élus dits « du peuple », disant qu’ils sont dépassés par les événements, une réalité irréfutable !

En revanche, hier mardi 30 janvier, aucune route n’a été fermée sur tout le territoire de Vgayet suite à la traversée effectuée par le premier ministre algérien dit Bedoui ! En dépit de la légitimité de la contestation, cela nous amène à se poser des questions sur qui est derrière ce plan de blocage des routes, si ce n’est pas aussi une politique de semer une paralysie totale comme continuité au plan de sabotage économique, les acteurs de l’ombre de ladite pratique seraient-ils en connivence avec les décideurs algériens ?!

En tout état de cause, la contestation à travers les fermetures de routes ne fait qu’aggraver la situation difficile que vit la Kabylie sur tous les plans comme retombée direct ou indirectement de la politique coloniale ou d’occupation culturelle et territoriale dont elle souffre incessamment depuis son annexion forcée à l’Algérie «arabo-islamique».

Par conséquent, nous souhaitons et invitons nos concitoyens à adopter de nouvelles formules de contestations plus réfléchies qui ne devraient, en aucun cas, pénaliser les usagers de la route ou d’autres citoyens.

Nous restons convaincus que le seul espoir et le salut le plus opportun pour notre peuple c’est la prise en main de son destin politique. Réfléchissons, chacun dans son domaine en toute fraternité mais en toute franchise, sur le comment construire l’indépendance impérieuse et inéluctable de la Kabylie.
Le monde bouge, le temps comme les frontières ne sont pas figés, comme d’ailleurs la Kabylie qui est sur la dynamique de sa libération. Le temps des contestations mineures est clos, vivement l’indépendance du peuple kabyle.

« Pour aller à l’universel, il faut partir de chez soi » cette formule est parfaitement adéquate avec nos aspirations de vivre en liberté, indépendants et en pleine prospérité culturelle, politique et économique à l’instar des peuples et des nations du monde entier.

Kabylie, le 31/01/2018

Pour la coordination régionale Est du MAK-Anavad
Massyl Megatti

SIWEL 312351 JAN 18

Partager ceci...

Laisser un commentaire