Poubelles non évacuées à Akbou : la Coordination locale du MAK-Anavad appelle la population à s’organiser
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
MOUVEMENT POUR L’AUTODÉTERMINATION DE LA KABYLIE
MAK-ANAVAD
COORDINATION LOCALE D’AQVU

Cela fait plusieurs mois désormais que la ville d’Akbou est victime de dépôts d’ordures anarchiques, à tout coin de rue et tout trottoir, en raison de la fermeture de la décharge municipale par les habitants du village de Biziou, que l’incinération d’ordures asphyxiait par la fumée. Les responsables de la mairie n’ayant aucune solution au problème, la population d’Akbou se voit laissée en proie à ce décor nauséabond, spectacle désolant transformant toute la ville en une énorme décharge publique à ciel ouvert, que l’on doit parfois enjamber pour passer son chemin.

Les citoyens en désarroi devant une telle situation, déposent leurs déchets en pleine rue de manière aléatoire, et souvent, les déchets sont posés à la sauvette, pour éviter la colère des habitants du quartier en question, qui se retrouvent bloqués par ces ordures à côté-même de la porte d’entrée de leurs maisons. Situation qui, parfois, dégénère entre citoyens à en arriver même aux mains et à la violence physique.

En effet, ces déchets entassés à l’air libre pendant des semaines et sous ce soleil brûlant d’été, favorise l’apparition d’épidémies comme c’était le cas l’année passée et où plusieurs cas d’infection ont été recensés. D’autant plus que nous sommes à la veille de la rentrée civile et de l’Aïd. Des occasions qui verront les rues bondées de monde, surtout par de jeunes enfants et des personnes âgées, généralement les plus vulnérables à ce genre d’épidémies. Nous risquons alors de voir ces joyeuses occasions se transformer en scénario macabre auquel la population devra faire face, sous l’œil indifférent des autorités algériennes.

Cela va de soi aussi que l’image de « ville poubelle » ait son impact sur l’économie locale et le commerce. Akbou, qui est une destination recommandée pour aller y faire ses courses ou s’approvisionner en produits de tous genres, se voit désormais évitée par les usagers habituels, en raison de ces entassements et se navrant spectacle, qui ne donne même pas envie de déguster un café sur une terrasse où nous serions en proie à ces odeurs insupportables qui viennent nous en chasser. Déjà que les usagers évitaient Akbou pour son étouffant trafic, voilà qu’une nouvelle raison vient dissuader quiconque de s’y rendre. Les commerçants se plaignent en effet d’un déficit en leurs revenus et de la mauvaise santé de leurs commerces.

Nous avons été informés que le groupe Cévital a, de manière officielle, envoyé une délégation pour discuter avec les élus de la municipalité d’Akbou pour négocier l’installation d’une déchetterie à l’emplacement de la décharge municipale actuelle, grande de 28 hectares. Une proposition qui semblerait constituer une solution à long terme au problème répétitif actuel que la mairie d’Akbou a du mal à régler, malgré sa réputation de municipalité très riche. Au moment actuel, nous ne savons pas quelle a été la réponse de la municipalité à la proposition de Cévital ou, en cas de refus, quelle alternative les élus proposeraient-ils à la population. Nous invitons les citoyens à se renseigner davantage sur le sujet, il faudrait bien que ces gens nous rendent des comptes de toute façon…

La situation devenant ingérable, les citoyens tentent naïvement de se débarrasser des dépôts par eux-mêmes, en y mettant le feu. Seule solution à leurs yeux certes, mais solution peu efficace et à risques comme ce fut le cas le 29 juillet passé. Alors que des citoyens ont mis le feu aux ordures, les flammes ont atteint le nouvel édifice que la municipalité avait érigé à côté de l’ancienne poste. Les matériaux utilisés pour la construction de l’édifice, comme la façade en verre, ont favorisé la propagation rapide des flammes pour en faire un tas de cendre. C’est à se demander quelle est la raison d’un tel luxe et d’une telle esthétique, quand nous n’avons aucune hygiène de vie ! Ceci-dit, c’est un scénario qui peut aisément se reproduire à l’avenir en pire, si c’est une maison habitée ou des bureaux occupés qui prennent feu et non un édifice vide et en construction comme ce fut le cas.

Pour parer à de telles éventualités, nous appelons les citoyens d’Akbou à se rassembler autour d’associations de quartiers et de comités de villages pour se prendre en charge eux-mêmes afin de déplacer les dépôts d’ordures qui s’entassent dans leurs quartiers, menaçant leur état de santé et celui de leurs familles.

Les premiers responsables de cette situation catastrophique sont les représentants locaux des autorités algériennes, totalement indifférents aux risques qui menacent les citoyen.nes de notre localité. Aussi, nous les tiendrons pour responsables en cas de situation de crise entre citoyen.nes, en cas d’épidémie ou d’un quelconque dommage qu’aura à subir l’innocente population d’Akbou.

La Coordination MAK-Anavad d’Aqvu


SIWEL 221732 Aug 17 UTC

Partager ceci...