PARIS (SIWEL) — Le Gouvernement provisoire kabyle (Anavad) accuse le pouvoir algérien de tentative de corrompre la société algérienne à travers les mesures socioéconomiques annoncées par le conseil des ministres algérien du 22 février dernier.

 

Mesures prises par Bouteflika : « une offre de corruption sans précédent en direction de la société », estime Ferhat Mehenni
L’Anavad, que préside Ferhat Mehenni, a précisé que le régime algérien répond à des exigences politiques par des mesures économiques qui n’ont rien à voir avec les aspirations démocratiques des peuples d’Algérie.

« En annonçant, à l’issue du conseil des ministres du 22/02/2011, des mesures financières surréalistes, le régime algérien espère tromper les citoyens, le temps de traverser cette dangereuse zone de turbulences qui a été fatale à ses voisins de l’Est », a indiqué un communiqué parvenu à Siwel.

Pour l’Anavad, « le régime qui subit des pressions internationales pour se “démocratiser” a pour le moment répondu par une offre de corruption, sans précédent, en direction de la société ».

Le Gouvernement provisoire kabyle (Anavad), présidé par Ferhat Mehenni, a été fondé par le Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie à Paris, le 1er juin 2010. Il a comme principal objectif la dotation de la Kabylie des bases d’un État régional et la reconnaissance de celui-ci par la communauté internationale.

ysn
SIWEL 241200 FEV 11

Partager ceci...