PARIS (SIWEL) — Pour l’Anavad (Gouvernement provisoire kabyle), le peuple kabyle sait, par expérience, qu’il ne peut compter que sur lui-même pour arracher son droit à l’existence.

 

Gouvernement provisoire kabyle : « l'heure de la désobéissance civile est arrivée »
L’Anavad, que préside M. Ferhat Mehenni, a réagi dans un communiqué transmis à Siwel à la scission de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD). Pour lui, une évidence s’impose : « On ne peut en aucune manière mener à terme le changement de régime en isolant société civile et classe politique et c’est ce que les Libyens sont en passe de réussir avec courage. »

Tout en condamnant l’empêchement de ces marches par un déploiement répressif ; l’Anavad a dénoncé ce qu’il a désigné comme étant l’impasse faite par les organisateurs de la CNCD sur les revendications du peuple kabyle, notamment celle d’une autonomie régionale.

Tout en se disant disponible pour une « initiative crédible de rassemblement en Algérie, assumant sans détour l’autonomie de la Kabylie », l’Anavad a retiré sa proposition de composer avec la Kabylie faite à « une CNCD, qui n’existe plus ».

Le Gouvernement provisoire kabyle est de ce fait convaincu que seul un forcing politique est de nature à faire aboutir la revendication autonomiste.

« L’Anavad assume son rôle et ses responsabilités internationales et exhorte chacune et chacun à l’effort et à l’action politique pour créer ce rapport de force qui fait basculer l’Histoire. La Kabylie, forte de la conscience qu’elle a d’elle-même et de la légitimité de sa revendication à exister, triomphera des démocrates de circonstance, des relais du pouvoir comme de la répression et du déni de droit. L’heure de la désobéissance civile est arrivée. »

ysn
SIWEL 241130 FEV 11

Partager ceci...