L’ARNAQUE: LA KABYLIE, ABDELKADER DIT « ÉMIR » ET LA FRANCE

KABYLIE (SIWEL) — On nous a raconté qu’Abdelkader était allé en Kabylie pour demander aux Kabyles de participer à sa guerre contre l’armée française qui venait d’envahir l’Algérie. C’est archifaux et voici pourquoi.

En réalité, Abdelkader avait signé un traité avec le général Bugeaud le 30 mai 1837 (le traité de Tafna), reconnaissant à la France une partie du territoire tout en revendiquant pour lui le reste. Il est allé en Kabylie en 1839 pour demander aux Kabyles de SE SOUMETTRE à son autorité et PAYER L’IMPÔT, tout en leur promettant que son « mekhzen » (son autorité) serait différent de celui des Turcs et que Dieu l’avait élevé pour rétablir l’autorité du prophète, ajoutant que tout « l’Ouest reconnaissait déjà ses lois et qu’il pourrait plier l’Est sur l’Ouest comme ce tapis » (Général E. Daumas, « La Kabylie », publié en 1856 dans la « Revue contemporaine », article réédité sous forme de livre par les éditions Jean-Paul Richer Éditeur en 2001).

Les amins kabyles, réunis avec lui pour la circonstance à Bordj Hemza (à Tuvirett, arabisée en Bouira), lui répondirent ceci: « Tu t’es annoncé chez nous en qualité de pèlerin, et nous vous avons offert la diffa [un grand repas en son honneur]; mais sachez que si vous étiez venu comme mekhzen, au lieu du couscous blanc, nous vous aurions rassasié de couscous noir [ahlalas] … Nous ne laisserons personne s’initier à nos affaires ou chercher à nous imposer d’autres lois que les nôtres. » (extrait de l’article du Général Daumas, « La Kabylie », publié en 1856 dans la « Revue contemporaine ». Cet article fut publié sous forme de livre par les éditions Jean-Paul Richer Éditeur en 2001).

En quittant Bordj Hemza, Abdelkader voulut pousser un peu plus vers l’Est, et les chefs kabyles l’ayant escorté lui ont signifié qu’il pouvait seulement s’ y aventurer sous leur Laanaya (protection symbolique et autoritaire), ce qu’il accepta. Arrivé aux environs de Bougie, les chefs Kabyles lui ont donné la même réponse que ceux de Bordj Hemza. Lors de ce séjour, il reçut une missive que lui avait fait parvenir le commandant supérieur français. Les Kabyles l’ont alors soupçonné de faire double jeu, ayant interprété sa correspondance avec les Chrétiens comme une trahison. le général E. Daumas conclut son article ainsi: « Abd-el-kader, avec sa double qualité de marabout et de chérif (descendant du prophète), il n’a pu parvenir à s’attacher la Kabylie par la persuasion; il serait ridicule à nous d’espérer réussir par les mêmes moyens, là ou il a échoué. Il faut donc que tôt ou tard les armes décident si, aux portes d’Alger, nous laisserons insoumise une contrée que tous les fauteurs de désordre choisissent pour refuge… ».

Et l’on vient me dire que la Kabylie n’était pas indépendante avant son annexion par la France en 1857 ? Si vous n’êtes pas toujours convaincu, appréciez cette carte de la Kabylie établie en 1843 par le cartographe officiel de l’armée française E. Carette.

Karim Achab
SIWEL 252100 JAN 21

Partager ceci...