L’Anavad dénonce le bafouement par l’Algérie des droits du peuple kabyle de circuler librement

ANAVAD AQVAYLI UΣḌIL
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA
MINISTÈRE DES AFFAIRES JURIDIQUES ET DES DROITS HUMAINS

 

VIOLATION DES DROITS HUMAINS DES KABYLES PAR L’ALGERIE
BLOCAGE DE PASSEPORTS DE MILITANTS DU MOUVEMENT POUR L’AUTODETERMINANTION DE LA KABYLIE (MAK)

Depuis plusieurs mois, Monsieur Mathieu ROBERT, ressortissant français, se démène pour  obtenir le déblocage du passeport de sa fiancée, Mademoiselle Kahina MEBARKI, qui n’est autre que la fille de Mouloud MEBARKI, actuel président du Conseil d’Evaluation et de Contrôle du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK).

Nous informons l’opinion internationale qu’elle n’est pas la seule à être dans cette situation. Plusieurs militants ou sympathisants de la Cause kabyle sont victimes de ce déni de droit.
Ce blocage est un dispositif coercitif mis en oeuvre pour lutter contre l’aspiration légitime et souveraine du peuple kabyle à son autodétermination. C’est une violation par les autorités algériennes de la Charte de l’ONU et de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui consacrent le principe que « Toute personne a le droit de circuler librement ».

Après avoir exercé  un chantage économique sur Monsieur MEBARKI et sa famille, les autorités coloniales algériennes ont soumis Kahina au refus de délivrance de son passeport alors que celle-ci a gagné toutes les batailles de procédures. C’est là en fait du chantage exercé sur sa fille pour qu’elle tente de convaincre son père de renoncer à son combat et d’aller à l’encontre de ses convictions politiques et de son mouvement. Ce que Monsieur Mebarki, sa fille et son fiancé refusent absolument d’envisager.

Avec le soutien du Ministère des Affaires Juridiques et des Droits Humains, Monsieur Mathieu ROBERT et Mademoiselle Kahina MEBARKI ont décidé de constituer un dossier contenant l’ensemble des courriers adressés aux instances internationales et les articles parus dans la presse tant kabyle qu’internationale et de l’adresser au Président de la République française, son Premier Ministre et le Ministre français des Affaires étrangères, ainsi qu’à Madame Brigitte Bonnaud, déléguée du Défenseur des droits pour les Français de l’étranger, à la presse algérienne et française et même aux autorités algériennes.

Ce dossier soulève la question  de l’ensemble des militants kabyles, que ce soit en Kabylie ou dans la diaspora, qui subissent l’arbitraire du pouvoir algérien à travers cette situation d’atteinte caractérisée à leurs droits fondamentaux. Cette mesure arbitraire, au-delà du déni du droit de fonder une famille qui frappe ce couple, génère une situation insoluble pour les Kabyles résidant à l’étranger où pour renouveler leurs papiers de séjour, ils sont tenus à l’obligation de produire un passeport valide.

De ce fait, si le pouvoir algérien ne cesse pas ses exactions, il sera fait appel à des ténors du barreau pour un plus grand retentissement de cette affaire illustrant le cas de tant d’autres dont sont victimes des dizaines de Kabyles.

Exil, le 22/01/2018

Masa Sakina At Sliman
Ministre des Affaires juridiques et des droits humains
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

Partager ceci...

Laisser un commentaire