L’ALGÉRIE FERME SES FRONTIÈRES À SES PROPRES CITOYENS !!!

ALGÉRIE (SIWEL) — « Notre système de santé est le meilleur en Afrique » dit-il pendant la première vague de Covid19 qui a mis à genou le monde entier. Fraîchement élu ou plutôt commis d’office, il se vante de révolutionner l’Algérie. Quelques mois plus tard, le 28/10 il a été évacué dans un hôpital allemand pour le soigner après avoir contracté le covid 19, quand des milliers d’Algériens sont morts dans les hôpitaux algériens laissés à l’abandon.

Pour répondre à cette crise mondiale, le nouveau pouvoir a pris un certain nombre de mesures allant de confinement, couvre-feu jusqu’à interdire l’entrée à ses propres citoyens bloqués à l’étranger, cela va des familles séparées — dont des mères privées de voir leurs enfants — aux divorces, à des visiteurs sans plus aucune ressource qui se retrouvent avec des dettes colossales, des personnes ayant perdu leurs proches sans pouvoir leur dire adieu ni les enterrer, des Algériens qui se retrouvent à la rue dans des pays étrangers. L’Algérie en prenant cette décision inconstitutionnelle a abandonné et lâché ses enfants. Elle fait partie de 3 pays dans le monde ayant pris cette décision injuste, à côté du Botswana et de l’Érythrée.

Mais ce même pouvoir n’a pas hésité à autorisé les rassemblements politiques de ses partis satellites FLN, RND, islamistes dans le cadre de la promotion de sa nouvelle mascarade constitutionnelle.

La réalité de cette décision injuste et à l’encontre de ses citoyens n’est autre qu’un moyen lui permettant d’asseoir son autorité illégitime sur le peuple et de l’asservir comme l’ont fait tous les régimes précédents. Ce pouvoir pris de panique par l’émergence de l’idée indépendantiste kabyle, a aveuglément lancé la machine à répression, comme l’attestent toutes les arrestations que subissent les militants du MAK en Kabylie. Cette région, berceau de toutes les révoltes pour la liberté et la démocratie a toujours été la cible des pouvoirs successifs, mais n’abandonnera jamais sa soif de liberté et d’indépendance de ce pouvoir mafieux, corrompu et assassin.

L’ironie de l’histoire est que, malgré, toutes ces injustices et abus, le peuple algérien continue sa profonde hibernation en attendant que les choses changent toutes seules. C’est vrai, en tous cas, ce n’est pas leur faute, Llah ghaleb comme ils disent.

Amnay n at Wagennun
SIWEL 020850 JAN 21

Partager ceci...