La Kabylie empêche de fait la tenue de la présidentielle algérienne

GEOPOLITIQUE (SIWEL ) – Djaballah, l’islamiste Constantinople, dans une interview accordée à El Jazeera » estime qu’une annulation des résultats de l’élection présidentielle du 12 décembre est à prévoir du fait de son boycott par la Kabylie. Il confirme par ricochet ce que ne cesse de dire Ferhat mehenni, le président du Gouvernement provisoir kabyle en exil (Anavad) et du Mouvement pour l’autodétermination de ka kabylue (MAK), à savoir qu’en dehors des Kabyles, les Algériens vont aller voter.

C’était ce même argument qu’avait avancé le général Khaled Nezzar dans ses mémoires pour justifier l’annulation des législatives de décembre 1991 qui avait donné lieu à une guérilla islamiste ayant entraîné plus de 200.000 morts. Seule la Kabylie, en ces temps-là, avait refusé de voter pour les listes du FIS (Front Islamique du Salut). Elle était de fait en dissidence algérienne.

« Cette hypothèse (d’annulation des résultats des présidentielles) est liée à la possibilité d’un boycott global de la région de la Kabylie. Si un tel événement se produit, l’intérêt de l’unité nationale m’appelle à proposer de ne pas officialiser les résultats.

À suivre ce raisonnement, dès lors que c’est là un phénomène récurrent, voire permanent, plutôt que d’annuler à chaque fois les élections, ne serait-il pas plus judicieux de négocier d’ores et déjà l’indépendance de la Kabylie ?

SIWEL 252000 NOV 19

Partager ceci...