Ferhat Mehenni à la place Stalingrad : « La jeunesse Kabyle dote la Kabylie d’une force de frappe, d’intelligence, d’honneur et de compétences »

PARIS (SIWEL) — Samedi 16 décembre les kabyles de Paris et de l’Ile de France ont tenu un rassemblement à la place de la Bataille-de-Stalingrad, en soutien à la jeunesses kabyle qui en Kabylie manifeste et marche pour dénoncer le refus opposé par les députés de l’Algérie coloniale à la promotion de Tamazight.

Les slogans de ces marches ne portent plus sur la revendication de la langue Tamazight, une question dépassée depuis que le peuple Kabyle a choisi de lutter pour son indépendance mais sur la lutte pour la Langue Kabyle (Taqvaylit).

Plusieurs intervenants ont pris la parole, pour dénoncer le refus de cette assemblée de godillots qui est l’une des différentes faces dans l’application de la politique négationniste appliquée à la Nation Kabyle.

Des poètes ont déclamé quelques vers pour affirmer en prose leur amour de la Kabylie, ce fut ensuite Micheline l’infatigable militante, avec son super tatouage qui représente l’Aza Berbère, qui parla de sa passion pour la Kabylie.

Caustique et sulfureuse, Sabrina Abdiche, la célèbre animatrice de Beur FM n’y est pas allée avec des pincettes pour dénoncer l’indifférence et le laxisme des Algériens qui n’ont développé aucun effort dans l’apprentissage de la langue Kabyle en soulignant que même les travailleurs chinois qui vivent en Kabylie ont fait l’effort d’apprendre le Kabyle.

Hamid Salmi, Psychologue, chercheur en ethnopsychiatrie, a fait un petit rappel historique du combat des Kabyles, Amar Imache, Bennai Ouali… pour la Culture et l’Identité Kabyles en rappelant la « grande crise Kabyle » de 1949 qui toucha le mouvement national ainsi que toutes les autres crises qui ont fini pour plusieurs d’entre elles dans un bain de sang.

INTERVENTION DE MAS FERHAT MEHENNI

Mais il ne peut se produire un évènement qui touche à la Kabylie en France ou en Europe sans la présence du Président du Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad), Mas Ferhat Mehenni.

Inattendu et à la surprise générale, le Président est venu, la foule entonna tout de suite le fameux slogan Kabyle « KABYLIE INDÉPENDANTE » qui fait tant peur à l’Algérie coloniale.
Mas Ferhat Mehenni prit le micro et avec ferveur il accompagna la foule qui n’en attendait pas moins. Le ton est donné.

Le président commença par dénoncer les manœuvres perfides du pouvoir colonial Algérien qui, pris de panique devant « le succès fulgurant de l’Indépendantisme Kabyle » veut ressortir la carte de la revendication linguistique des années 80 afin de détourner la jeunesse Kabyle de la lutte pour l’indépendance de la Kabylie.

Il fera remarquer ensuite que Tamazight est la matrice d’une famille de langues dont le Kabyle est la langue de la Kabylie qui sera Nationale et Officielle. Il soulignera que « la Kabylie reste solidaire des autres peuples Amazighs frères et cousins » il ajoutera cependant « nous sommes un peuple à part qui doit être respecté dans ce qu’il veut, dans ce qu’il recherche, dans ce pourquoi il se bat. La Kabylie a un itinéraire, elle a un destin pour rayonner sur l’ensemble de l’Afrique du Nord et même dans l’ensemble méditerranéen. La Kabylie sera un très grand pays, un très grand peuple. »

FORCE DE FRAPPE

Dépassant ce stade de la question linguistique, Mas Ferhat Mehenni rend ensuite un hommage appuyé à la jeunesses Kabyle.
Il dit en substance « la jeunesse Kabyle dote la Kabylie d’une force de frappe, d’intelligence, d’honneur et de compétences. C’est la jeunesse Kabyle qui rachète toute l’histoire de la Kabylie; c’est à la fois l’espoir d’un avenir meilleur et c’est déjà un présent de combattants pacifiques, politiques et intelligents. Vive la jeunesse Kabyle ! »

nbr/wbw
SIWEL 172257 Dec 17 UTC

Partager ceci...

Laisser un commentaire