Création d’un Centre National de Recherche en Langue et Culture Amazighes (CNRLCA) ou l’art de l’arnaque éhontée

CHRONIQUE (SIWEL) — Vendredi 19 janvier, les autorités coloniales universitaires de Vgayet ont procédé à l’inauguration d’un Centre National de Recherche en Langue et Culture Amazighes (CNRLCA) (sic).

C’est en présence du Recteur de l’université de Vgayet et du directeur général de la recherche scientifique et du développement technologique au ministère de l’enseignement supérieur (qui ne parle pas un seul mot de Kabyle) que le Docteur Mustapha Tidjet, enseignant au département de langue et culture amazighes de l’université de Vgayet a été installé comme directeur de ce centre.

Ce centre présenté comme le premier en Afrique du Nord serait à caractère scientifique et technologique.
Le programme présenté de façon succincte comporterait selon son directeur M. T; trois dimensions, la collecte de toutes les recherches faites sur la langue Amazighe, le développement des outils informatiques et la création d’une revue en langue et culture Amazighes.

La recherche porterait sur plusieurs domaines, la lexicologie, la pédagogie, la linguistique appliquée, la traduction etc… et s’ouvrirait selon le directeur du ministère, qui a coupé la parole au docteur M. Tidjet, en plein milieu de son intervention, aux chercheurs de la diaspora. Comble de l’ironie ces chercheurs Kabyles que le pouvoir colonial a poussés à l’exil, craignant pour leurs vies et leur liberté.

Ce centre aurait ainsi pour but de promouvoir la langue et la culture amazighes, seulement cantonnées dans la sphère du patrimoine ancien de l’Algérie arabo islamique donc qu’il s’agit d’entretenir.

Il est à signaler que les interventions se sont faites au nom de la basmallah, cette profession de foi arabo islamique, comme pour souligner que la Kabylie reste sous la domination arabo islamique, et que ce centre s’il venait un jour à produire des résultats, cela se fera sous le caractère et dans le giron arabo islamique.
D’ailleurs aucun des occupants intervenants n’a prononcé le nom Kabyle de Vgayet se contentant de citer et de maintenir le nom colonial « Bejaïa ».
Il a été question de la langue Amazigh et nom de la langue Kabyle un nom encore tabou et difficile à sortir de la bouche du colon.

Bien sûr, comme pour enfoncer le clou et maintenir la pression coloniale sur la Kabylie, aucun des intervenants à fortiori le représentant du pouvoir colonial, n’a daigné préciser dans quels caractères, Latins ou arabes, les recherches seraient faites dans ce centre s’il venait un jour à fonctionner correctement.

Rappelons à juste titre que la Kabylie est gavées de promesses non tenues, à commencer par la création de l’académie berbère qui n’a jamais vu le jour depuis l’officialisation de la langue Amazighe en …2016 sans remonter à celle de l’année…1996.

Soulignons pour terminer que ce cinéma est la conséquence de l’avancée de la lutte pour l’indépendance de la Kabylie et de la pression exercée par le MAK-Anavad qui a internationalisé la question Kabyle ainsi que de la volonté perfide de ce pouvoir colonial de tromper l’opinion Kabyle et internationales, en faisant accroire que la Kabylie est respectée dans tous ses droits, ce qui est absolument faux bien sûr.

Menal At Qasi

SIWEL 211955 JAN 18

Partager ceci...

Laisser un commentaire