Chronique d’Ifilku Nughalad : « En tant que Kabyle, j’en ai fini avec mon « Algérien » » -Ferhat Mehenni-

Il l’a cherché et il l’a trouvé. Comme disent Isahliyen, ce Lɛerc sage comme il en existe partout dans cette Kabylie pacifique, humaniste, universaliste et ouverte sur l’autre de la région d’Aokas « Di t-xedmat, di tafet, di i-hsal u-zewzaw-ik » tu ne retrouveras que le résultat de ton comportement…
Il croyait pouvoir s’attaquer facilement, comme çà, au doigt levé à Mas Ferhat Mehenni.

Soulignons que s’attaquer à Mas Ferhat Mehenni, au MAK, à l’Anavad et particulièrement aux indépendantistes Kabyles est devenue une mode, un moyen de gagner ses galons, une gymnastique nationale que tous les opportunistes Kabyles de tous poils saisissent, même les algériens s’y sont mis, voire le cas de l’idiote innommable « Dipiti ».

Il ? C’est lui, Arezki de son prénom et Ait Larbi de son nom. Il a cru gagner le cocotier et s’ouvrir les portes de l’édition de l’Entreprise Nationale de l’Édition et du Livre (ENAL) qui pour service rendus à la patrie « Algérie » coloniale allait lui permettre de sous-traiter quelques livres, histoire de le remercier de cette attaque perfide contre le Président du Gouvernement Provisoire Kabyle en exil, l’Anavad, qui fait tant peur au pouvoir colonial algérien.

La réponse de Mas Ferhat Mehenni est tombée drue, non en des termes insultants, loin de là, noblesse du sentiment, de la personnalité et du pardon oblige, mais en des termes sages, diplomatiques, tolérants et indulgents mais non moins moqueurs.

Très argumentée, la réponse est sage, donnant du « cher ami » à cet oublieux volontaire d’une histoire immédiate, Mas Ferhat le rassure « j’ai pour constance de garder mon amitié à toute personne, comme toi, ayant partagé une plage de ma relative longue vie de militant » mais juste pour rappeler ensuite à cet individu, son « sport favoris » qui est la « désinformation » en utilisant les « vieux poncifs du pouvoir algériens( colonial NDLR) » « En convoquant pêle-mêle BHL, le Makhzen, les USA, le CRIF, la France et Israël ».

Soulignons ici que l’attaque contre la Kabylie et Mas Ferhat Mehenni est des plus traîtres et des plus pernicieuses. Niant le caractère souverain du GPK, qui est LIBRE et SOUVERAIN de nouer des relations diplomatiques, politiques et amicales avec tous les États, institutions internationales et organisations internationales gouvernementales ou non gouvernementales, il ose et tente de faire accroire à l’opinion que la Kabylie est une traître.

L’Anavad à sa tête Mas Ferhat Mehenni a assumé, toutes ses relations politiques et diplomatiques avec tous les ÉTATS cités plus haut, des photos et des vidéos en attestent.

En quoi et pourquoi la Kabylie qui aspire à son indépendance et qui est souveraine dans ses décisions et ses choix politiques s’abstiendrait-elle de nouer des relations avec des pays que « l’Algérie » considère comme ses ennemis.
Sachant qu’en « Algérie » pays antisémite et raciste notoire, les gens sont conditionnés, au rejet, à la haine et à la violence contre Israël, cet Areski conscient de l’effet que cela peut générer dans les têtes fragiles des algériens et de certains Kabyles aliénés par l’idéologie salafiste, n’a-t-il pas quasiment commis un appel au meurtre de Mas Ferhat Mehenni ?

Mas Aselway, a tenu à rappeler à cet individu, Arezki de son prénom, toutes les catastrophes humaines et naturelles, tous les maux sociaux qui touchent la Kabylie par la volonté de ce pouvoir colonial de casser la Kabylie.

Où était Arezki ? Combien de dinars a-t-il ôté de sa poche ou quel appel national à la solidarité a-t-il émis pour aider les Kabyles dont on a volontairement brûlé les oliviers ? À Benidorm, Nice, Kleb des pins etc… ?
Passons sur tous les questionnements que Mas Ferhat a soulevés quant aux catastrophes, éducationnels, idéologiques, économiques, sociales etc…

Fidèle à un point important de la feuille de route que le pouvoir colonial a imposé à tous ses larbins, LA DIFFUSION DE LA PEUR, spécialité intrinsèque de ce pouvoir colonial qui la manie (cette peur) à merveille « moi ou le déluge », Arezki emboite le pas à Saïd Sadi un autre spécialiste de la diffusion de la peur, Mas Mehenni, interpelle Arezki et le tance sur ce point, « En le traitant ( le MAK ndlr) de menace, ton écrit participe, peut-être inconsciemment, de la même politique de diabolisation que le pouvoir algérien tente de mener contre la seule force kabyle capable de fortifier la résistance que, pourtant, tu appelles de tous tes vœux contre ses assauts assassins ».

Mas Mehenni, rappelle et insiste «

Le MAK est le dernier espoir de voir le jour de liberté se lever sur la Kabylie

».

Il faut faire remarquer que les critiques de ces larbins, tout comme celles de la pseudo opposition, contre le pouvoir colonial, sont loin de lui déplaire ou de le gêner, au contraire elles le renforcent tant elles lui servent de caution démocratique auprès de l’opinion internationale. Une opposition qui fait semblant de s’opposer, des larbins contenus en deçà de la ligne rouge du souverainisme, à ce jeu de dupes seuls les algériens sont les dindons de la farce.

Arezki a-t-il pris conscience de l’ampleur de sa bêtise et de son inconséquence ? Voudrait-il que le peuple Kabyle soit à l’image de ce peuple algérien, PARALYSÉ par la peur du lendemain au point d’être prêt à accepter un 5eme et pourquoi pas un 6eme mandat de Bouteflika, pourvu qu’il ait la paix des lâches ? Ce peuple devenu celui du « khtini rassi, ana hchicha talba m3icha, ».
Tolérant, quand il s’agit d’attaques dirigées contre sa personne, il en a l’habitude et les balaie d’un revers de main, mais ferme, très ferme et même cassant quand il s’agit de défendre les Kabyles, Mas Aselway intime l’interdiction à ce malotru : « Je t’interdis aussi de t’en prendre aux membres de l’Anavad et de notre corps diplomatique » clair et net.
Plus loin Mas Ferhat Mehenni, dénonce chez Arezki Ait Larbi cette prétention à s’ériger en gardien du temple « Je n’adhère pas à cette référence récurrente à la génération de 1980 qui semble vouloir instituer une nouvelle classe d’anciens moudjahidine et qui, au nom du combat d’hier, s’autoriserait aujourd’hui la collaboration avec l’ennemi »
Collaborer avec l’ennemi est cette dimension à accepter cette colonisation qui a quasiment jeté dans l’anarchie la Kabylie qui échappe un tant soit peu grâce à son organisation sociétale millénaire.

C’est dans cette veine que le Président renvoie Arezki à ses manuels de philosophie allant de Hobbes à Rousseau, pour lui signifier que l’instauration d’une autorité de contrainte et autres structurations que le GPK a mené jusqu’à présent rentrent dans le cadre de ce nouveau contrat social dont l’essence, les règles et les valeurs sont intrinsèquement Kabyles et rien que Kabyles et tant elles sont en harmonie avec les valeurs universelles, loin de cet état de sauvagerie coloniale que vit la Kabylie avec « l’arbitraire policier » qui tend à se généraliser où « les procès pour délit d’opinion se multiplient, alors que les agressions liberticides ont atteint un niveau d’alerte qui soulève l’indignation unanime ».

La Kabylie doit reprendre sa liberté « je demande à la Kabylie d’accepter de bonne grâce et en toute conscience, la mise sur pied d’un corps de contrainte et de sécurité. » car « sans autorité, il n’y a pas d’indépendance » là est le point nodal qui chatouille et qui grattouille, le pouvoir colonial et ses larbins. Cette autorité mettra fin au désordre dont lequel est volontairement plongée la Kabylie et invitera les Kabyles à lutter pour l’indépendance, main dans la main et ce dans l’ordre. L’installation de cette autorité est le passage obligé pour l’accession à l’indépendance et sa consolidation par ETAT KABYLE.

Le président Mas Ferhat Mehenni, persiste et signe quant à l’instauration de cette autorité « Je suis déterminé à y parvenir ».

À propos des accusations puériles d’être mal informé et d’être loin de la Kabylie, encore un vieux poncif de la DRS, qui a assassiné Ameziane, son fils, il invite avec ironie Arezki, à lui faire des « rapports plus réalistes » et il lui propose dans le même élan humoristique « j’accepterais volontiers une armée kabyle sous tes propres ordres à celle étrangère à la Kabylie ».

Sentant en Arezki, le syndrome algérien de l’esclave qui n’ose briser ses chaines, Mas Mehenni, fait remarquer à Arezki « tu m’as fait une réponse non pas d’un Kabyle, mais d’un Algérien » il ajoute « Moi, en tant que Kabyle, j’en ai fini avec mon Algérien. Je suis Kabyle et rien ni personne d’autre. »

Arezki trouvera-t-il quand même, en retour, un réconfort financier sur son investissement larbinisque.
En rassembleur, ouvrant la porte aux Kabyles égarés dans une algérianité suicidaire, magnanime et avec compassion, Mas Ferhat Mehenni signe, avec un « Sans rancune ».

Ifilku Nughalad

SIWEL 172100 JUN 18

Partager ceci...