Appel à mobilisation devant le Tribunal de Tuvireţ le 20 février en soutien à Madjid Aggad

ANAVAD AQVAYLI UΣḌIL
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA
MINISTERE DES AFFAIRES JURIDIQUES ET DES DROITS HUMAINS

 

Ou le rocambolesque feuilleton politico-judiciaire du militant kabyle Madjid Aggad contre le terroriste « repenti » algérien Kamel Chemli alias Abou Talha, reconverti en indicateur à la solde du pouvoir algérien colonial, qui n’en finit pas…

Décidément, tous ligués contre le citoyen kabyle, le pouvoir algérien continue d’exceller dans ses manipulations, pour protéger le terroriste « repenti », Kamel Chemli alias Abou Talha, son relais local.

Pour rappel, la plainte déposée par Madjid Aggad contre le terroriste islamiste «repenti » Kamel Chemli alias Abou Talha, pour agression, suite à son refus d’obéir à l’injonction violente de ce dernier de retirer de la devanture de son propre commerce les portraits des 128 jeunes kabyles assassinés par les gendarmes algériens lors du Printemps noir de 2001, Messieurs Mouloud Mammeri , Ameziane et Ferhat Mehenni, Ait Menguellet et autres personnalités kabyles.

Malgré les preuves accablantes, cette affaire a été classée sans suite par le Procureur de la République algérienne.

Suite à cette décision digne d’une république bananière, Madjid Aggad a formé un pourvoi en cassation.

Cependant, alors que dans la plainte déposée par le terroriste « repenti » Kamel Chemli alias Abou Talha, accusant faussement Madjid Aggad « d’atteinte à sa personne et à la mosquée » voisine du commerce du militant kabyle, de surplus, en justifiant son agression par sa volonté d’empêcher l’installation du MAK à Saharidj (sic) en raison d’activités militantes, Madjid Aggad a été innocenté… voilà que nous apprenons que les parties sont convoquées le 25 février 2018, pour l’examen du pourvoi en cassation introduit par le terroriste repenti lors de la deuxième affaire qui a innocenté Madjid Aggad.

Normalement, dans un Etat sérieux avec une justice qui n’obéit aux ordres, c’est d’abord le pourvoi en cassation introduit par Madjid Aggad, lors de la première affaire que le Procureur de la République algérienne a classé sans suite, malgré les preuves accablantes à l’égard du terroriste repenti, qui devrait être examiné en premier donc le 25 février 2018…

Il est évident qu’en procédant ainsi, en bafouant les règles pour avantager le terroriste «repenti » Kamel Chemli alias Abou Talha, cette forfaiture du pouvoir algérien devrait soulever l’indignation générale des kabyles et au-delà, tous les défenseurs des droits humains.

Quant à l’affaire « Facebook » de menaces de mort du terroriste « repenti »Kamel Chemli alias Abou Talha à l’égard de Madjid Aggad qui a été reportée trois fois, elle est reprogrammée le 20 février.
Le centre des crimes électroniques d’Alger a confirmé que le compte du repenti est soi disant non identifiable, par contre, il a bien réussi à identifier le compte de Madjid Aggad, comme par hazard !

La gendarmerie de Saharidj, surtout le groupement de la gendarmerie de Maillot, falsifient à chaque fois les procès-verbaux, afin de protéger le terroriste « repenti ».

Que tous ceux et celles qui sont indignés par ces pratiques coloniales, arbitraires et qui sont disponibles, se présentent le 20 février à partir de 9h du matin, devant le Tribunal de Tuvireţ pour soutenir pacifiquement izem « le lion » Madjid Aggad qui affronte seul et l’hydre islamiste et son allié, le pouvoir colonial algérien.

Pour l’Anavad
Madame Sakina At Sliman,
Ministre des Affaires juridiques et des Droits humains du Gouvernement Provisoire Kabyle en exil (Anavad)

Une copie de cette contribution sera adressée :
Au Secrétaire Général de l’ONU
La Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme
La Ligue internationale des droits de l’Homme
La Ligue française pour la défense des droits de l’Homme et du citoyen
La Ligue algérienne des droits de l’Homme

SIWEL 162045 FEV 18

Partager ceci...

Laisser un commentaire