ALGÉRIE COLONIALE, TRISTE SORT D’UNE CHIMÈRE

CAP SIGLI (SIWEL) — C’est l’éternelle rengaine de la main de l’étranger ou de celle de l’ennemi de l’intérieur que ressort la junte militaire en période de crise aiguë.

Cette fois-ci, elle y va fort, c’est dans le département de Tizi Wezzu en territoire Kabyle occupé, que la junte aurait découvert des caches d’armes appartenant aux terroristes arabo-islamistes algériens, et plus encore, dans le département de Vgayet, des produits radioactifs pour la fabrication d’une bombe… nucléaire, rien que ça. La magie désespérée d’une junte arabo-islamiste finissante. Ne craint-elle pas, au passage, la pépinière de grands spécialistes Kabyles en physique et génie… nucléaires, de renommée internationale, suivez notre regard.

En cette période de grave guerre des clans, où même les derniers acquittements de généraux n’ont pas étanché la soif de vengeance qui anime les différents belligérants – Le  – le coriace chaoui Nezzar, n’est pas prêt de laisser sa part aux nouveaux prétendants et de crise économique où le panier de la ménagère flambe pour atteindre même les couches moyennes, quant aux très pauvres, 9 millions (chiffre officiel avoué), c’est la misère absolue, la junte militaire tente la diversion d’un côté et par la même occasion veut salir la Kabylie en lui accolant l’image de complice des terroristes islamistes.

Soulignons fortement sur ce point que les terroristes islamistes algériens sont le produit des laboratoires de l’ex-SM (sécurité militaire) et de l’actuelle et sinistre DRS/DSS, la marque de fabrique de la junte militaire elle-même.

Ne serait-il pas un remake du complot de Cap Sigli quand l’avion Hercules C 130 marocain, tous feux éteints, larguait à proximité du Cap Sigli sur la côte kabyle entre Vgayet et Azzefoun plusieurs ballots d’armes et de munitions, qui auraient permis d’équiper quelque cinq cents hommes. Ces faits remontent au mois de décembre 1978 quand Boumediene venait d’entrer dans sa quatrième semaine. Y’a-t-il un rapport avec Tebboune, cette fois-ci, qui retourne en Allemagne après avoir signé le budget et le nouveau torchon constitutionnel, ou le retour de Toufik qui reprendra ses consultations d’usage pour choisir un nouveau président de pacotille.

Dans une Kabylie truffée de casernes militaire, encerclée par plus de 150 000 hommes de troupes de ce qui fait la soldatesque/milice algérienne à laquelle il faut rajouter la gendarmesque, la flicaille et les différents services et autres indicateurs, Talleyrand n’aurait pas fait mieux.

Les terroristes islamistes auraient trouvé des failles, comprendre avec la complicité des Kabyles, dans ce vaste filet, digne du général colonial Challe, parsemé de Checkpoints et barrages de ses milices, pour faire passer leurs armes et leurs produits radioactifs peut être sortis pour l’occasion du centre nucléaire de Draria. Non rien moins que ça.

Si ce n’est pas de la propagande pour salir l’image de la Kabylie et justifier ainsi l’encerclement du territoire Kabyle pour y accentuer plus encore sa terreur, la situation est alors grave et il s’agit, soit de complicité à l’intérieur des services à la suite de toutes ces guerres des clans, soit d’une incompétence avérée et phénoménale du CDS, (Chaoui de service) Said Chengriha. Quel que soit l’hypothèse retenue, il y’a un chaos, un gros chaos au sein de cette junte.

Quoiqu’il en soit, fake news distillé par les Tagarins ou autre, cette épisode signe la faillite d’une junte aux abois et la Kabylie, loin de tomber dans le piège, intensifie son combat pacifique pour l’Indépendance et chassera cette  »Algérie » hors des frontières de la Kabylie et même plus.

Reste-t-il un seul terroriste du « terrorisme résiduel » (sic) dixit la junte militaire, soutenu par une partie de la population, et c’en est un de trop. La recrudescence des actes terroristes cette dernière année est une piqure de rappel signée par les parrains de ces terroristes qui soulignent l’échec patent de cette pompeuse « deuxième grande armée d’Afrique » en fait un ramassis de milices, à l’instar de la fameuse 4ème armée du monde de Saddam qui a fini clocharde sur les bords de l’Euphrate ou à l’image de ces hôpitaux algériens, les plus grands d’Afrique, qui ont abandonné la potiche Tebboune aux hôpitaux allemands. La France, destination habituelle, ne veut plus de cette racaille.

Au demeurant, pourquoi la Kabylie pacifique et civilisée se salirait-elle les mains avec la sale graine qui pousse au Tagarins, et qui a détruit ce pays ? De grâce, reste-t-il quelque chose à détruire dans ce pays qui n’ait été déjà non accompli par cette junte militaire ?

Ce pays appelé  »Algérie » est dans la vie paradoxale, elle se croit encore en vie. La Kabylie ne tire pas sur les gens et à fortiori sur les morts.

(*) Les Tagarins : Terrier des milices algériennes. 

Chroniqueurs Libres de la Kabylie Indépendante
SIWEL 091820 JAN 21

Partager ceci...