AOKAS (SIWEL) — Aokas s’est réveillée sur une mauvaise nouvelle. Elle vient de perdre l’un de ses meilleurs enfants ! Ahmed Kessout , le père spirituel du judo à Aokas est décédé aujourd’hui, 25 janvier, à l’age de 71 ans.

 

Ahmed Kessout est né le 19 mars 1945 à Aokas. Dda Ahmed s’est retrouvé par hasard dans la salle de la section judo de Fontnay-Sous-Bois, dans la banlieue parisienne, où il a rencontré son fondateur, le professeur de judo sixième dan Favelas Michel, qui l’a alors convaincu de rejoindre son équipe.

C’est ainsi que l’aventure d’Ahmed Kessout a commencé avec le judo, le 1 janvier 1965. Ahmed Kessout a décroché la première dan en 1969, la 2e en 1971 et la 3e en 1974.

Au milieu de l’année 1975, Ahmed Kessout fonda la première section de judo à Aokas pour la laisser quelques mois après au regretté Meziane Hachemi puisqu’il était contraint de repartir en France. En 1978, il rentre définitivement en Kabylie pour se consacrer depuis au développement du judo à Aokas.

Ahmed Kessout a été enterré aujourd’hui à Akkar, son village.

Hafit Zaouche
SIWEL 251839 JAN 17

Partager ceci...