SIT-IN DES PROPRIÉTAIRES DES DÉBITS DE BOISSONS ALCOOLISÉES À VGAYET

VGAYET (SIWEL) — Les propriétaires des débits de boissons alcoolisées, soutenus par les détaillants et les grossistes, de la préfecture de Vgayet, ont organisé, encore une fois, dans la journée du 13 janvier dernier, un rassemblement au niveau du siège de la préfecture de Vgayet, pour réclamer l’autorisation de réouverture de leurs commerces, fermés depuis mars 2020 pour motif sanitaire.

Les dizaines de personnes qui se sont déplacées au siège de la préfecture ont tenu à exprimer leur ras-le-bol par rapport à la fermeture de leur unique source de vie, une situation qui les a poussées à vivre une véritable crise économique, depuis des mois. Pour eux, le refus d’accorder des autorisations de réouverture est de motif idéologique, qui n’a rien à avoir avec le protocole sanitaire imposé dans le cadre de lutte contre la Covid 19 du fait que tous les autres commerces sont autorisés à rouvrir.

« Ils ne nous ont pas fermé nos commerces à cause de la Covid. C’est une histoire d’idéologie. Les islamistes coloniaux veulent imposer leur dictat en Kabylie », martèle un intervenant au micro de BRTV. « En laissant nos commerces fermés, le système colonial, en perte de légitimité et de crédibilité à Vgayet, veut, à travers cela, plaire aux islamistes de Béjaia afin de les récupérer. Il veut asséner un coup fatal à la laïcité en Kabylie », déclare un propriétaire d’un commerce de boissons alcoolisées de la ville de Vgayet, « ils sont en train d’encourager le marché parallèle qui commence à devenir de plus en plus important depuis la fermeture de nos commerces », ajoute-t-il. « Pour siroter une petite bière, j’ai dû me déplacer des dizaines de kilomètres pour l’acheter au marché noir, j’ai payé le double de son prix chez un revendeur, c’est vraiment une situation insupportable pour les habitués de cet élixir », dit Mohand, un buveur occasionnel de bière.

Youva Amazigh
SIWEL 171810 JAN 21

Partager ceci...