Algérie coloniale

Rachid Oulebsir à Aokas : l’algérianité a raté sa formation au lendemain de l’indépendance

AOKAS (SIWEL) — Rachid Oulebsir a animé une conférence-débat sur les mythes Kabyles le 08 avril dernier au centre culturel d’Aokas sur invitation de l’association Azday Adelsan n Weqqas. La conférence a duré plus de deux heures devant un public nombreux venu échanger sur l’identité et la culture Kabyles.

Le conférencier est longtemps revenu, dans son exposé, sur la richesse culturelle kabyle et sur les mythes kabyles qui cèdent devant la montée salafiste. Mass Oulebsir a exprimé son étonnement de l’inconscience des uns et des autres quant au trésor inestimable dont regorge la culture kabyle. Il a sévèrement fustigé la nature idéologique de l’école algérienne qui menace de plus en plus nos enfants et leur avenir. L’écrivain et auteur de plusieurs ouvrages a rappelé que les mythes sont l’élément fondateur d’un peuple ou d’une nation.

Le conférencier a présenté au public l’ethnologue allemand, Frobenius, auteur d’une étude sur la mythologie Kabyle en 1914 dans la région de Draa El Mizane. Le conférencier s’est interrogé comment se fait-il que cette oeuvre majeure de Frobenius est restée dans l’anonymat jusqu’en 1998. Pour l’auteur de l’essai « Les derniers kabyles », la Kabylie est victime d’une conspiration idéologique orientalo-occidentale. Il a conseillé aux public de prendre le soins d’acquérir d’une manière ou d’une autre le livre de Frobenius sur les mythes kabyles. Pour lui c’est une référence incontestable et inestimable.

Pour Mass Rachid Oulebsir, l’algerianité a été vidée de ce qu’elle devait représenter pour les uns et les autres. Il a également soutenu que l’algerianité a raté sa formation au lendemain de « l’indépendance » de fait de l’idéologie arabo-islamique et de ses conséquences désastreuses.

Rachid Oulebsir a fait savoir à l’assistance que la Kabylité ne doit en aucun cas s’effacer au profit de l’algerianité. Il a plaidé d’investir davantage le kabyle dans toute ses dimensions sans pour autant perdre du temps dans des débats stériles et stérilisants. A la question de savoir si l’avenir de la Kabylie pourrait être algérien, le conférencier a répondu par une négation catégorique « non c’est impossible »

A la question des idées politiques souverainistes qui dominent de plus en plus, le conférencier n’a pas renoncé à donner son avis que nous reproduisons ici dans sa substance : Le MAK ou les partisans de l’indépendance de la Kabylie ont le droit de parler. Ils véhiculent des idées politiques et ils ont le droit de les exprimer à haute voix. Ils sont des Kabyles pacifistes, démocrates, intelligents. S’ils disent vrai, le peuple Kabyle les écoutera et les suivra. S’ils disent faux, le peuple Kabyle les boudera. On doit, chacun dans son domaine, travailler à promouvoir la Kabylité. Nul n’est contre l’autre, et je ne crois pas que le RCD, par exemple, serait contre le MAK ou le MAK serait contre quiconque qui oeuvre pour l’intérêt de la Kabylie. Ces jours ci, il y a la naissance du RPK, il est tout à fait légitime de se poser la question de son apparition en ce moment exacte et à la veille des élections ! Le temps va répondre à la question. Personnellement, j’essaye de mettre mon savoir et mes connaissances au profit de la Kabylie et de ses enfants, je suis là pour vous alimenter de mes connaissances et c’est à vous les jeunes de les exploiter et de leur donner l’orientation politique qu’ils vous semble adéquate.

Mass Mega
SIWEL 111631 Apr 17

Partager ceci...
Rachid Oulebsir à Aokas : l’algérianité a raté sa formation au lendemain de l’indépendance
Click to comment

Commenter cette publication...

Haut