Archives

Muhend Larvi Tayev : « la Kabylie n’est pas comptable des décisions prises par les assemblées »

TIZI-OUZOU (SIWEL) — Le Président par intérim du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), M. Muhend Larvi Tayev, s’est exprimé dans une déclaration sur les sujets de l’actualité du peuple kabyle, de la vision du MAK, de la marche du RCD, de la Kabylie et de sa représentation dans les institutions algériennes.

 

Muhend Larvi Tayev : « la Kabylie n'est pas comptable des décisions prises par les assemblées »
Dans un texte parvenu à Siwel intitulé « AUTONOMIE : LA VOIE ROYALE », le Président par intérim du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), M. Muhend Larvi Teyev a indiqué que la Kabylie n’est pas comptable des décisions prises par l’Algérie au niveau des assemblées tant que cette dernière est absente particulièrement au niveau du Parlement algérien.

« En tant que premier responsable du MAK, je dis en toute conscience et avant toute autre revendication, que le peuple kabyle est en droit de se dispenser de la production d’un certificat de nationalité que la colonisation entend imposer à notre peuple », a-t-il dit, arguant que depuis l’indépendance, « notre nation subit les assauts incessants d’un régime arabo-islamique qui s’érige en colonisateur de la Kabylie à travers l’école, les démembrements administratifs, la police, la gendarmerie et maintenant la mosquée ».

M. Larvi Tayev ajoute que « la normalisation de la Kabylie se fait également par l’entremise de l’électoralisme qui aguiche les appétits de certains partis, mais aussi de simples aventuriers communément appelés “Kabyles de service” qui s’associent régulièrement aux mascarades électorales où l’on a souvent vu la cooptation d’énergumènes rejetés et bannis par leur communauté qui les somme de ne pas parler en son nom ».

En dépit du boycott récurrent des élections municipales et régionales, poursuit le responsable du MAK, « le pouvoir algérien impose des édiles communaux et des représentants à l’assemblée départementale et ces faux élus vont désigner à leur tour des “sénateurs”, également faux qui vont siéger à la deuxième chambre. En bout de course, la Kabylie ne sera représentée à aucun échelon de l’État par aucun authentique élu ».

Il a indiqué que, depuis le printemps noir, « la Kabylie déclame, à juste raison, qu’elle n’a pas de représentation parlementaire » et que par conséquent « elle n’est pas comptable des décisions prises par l’APN. »

« Aujourd’hui la situation a changé », dit-il. Le MAK, va célébrer dans quelques mois le 10e anniversaire de sa naissance. Il relève que le travail auquel s’est attelé ce mouvement porte ses fruits par une adhésion populaire. Il s’enorgueillit particulièrement de l’adhésion de « certains animateurs politiques de la Kabylie » qui ont observé jusqu’ici une certaine réserve et qui figurent désormais dans l’agenda politique du Président du GPK. « Cette nouvelle configuration se traduit objectivement par l’adaptation des structures du Mouvement qui auront à intégrer toutes nos compétences. Le 2e congrès du Mouvement qui sera organisé au cours de cet été prendra en charge le traitement de cette nouvelle donne en priorité ».

Réaffirmant le caractère kabyle des formations politiques du RCD et du FFS, Muhend Larvi Tayev a souligné en s’appuyant sur la marche interdite du RCD que « cette vérité se passe de commentaires » même si au même moment regrette-t-il, à Paris, « le responsable du RCD France s’entête à imposer que “cette manifestation n’est organisée pour aucune région du pays, mais pour tous les Algériens, confrontés aux mêmes problèmes, à la même hogra et au déni de justice et au même bâillonnement des expressions” ». À chacun de prendre ses responsabilités !, conclue le dirigeant du mouvement autonomiste.

ytt
SIWEL 24 1407 JAN 11

Partager ceci...
Haut