Anavad

Le Drapeau national kabyle a deux ans : « vive la liberté ! »

KABYLIE (SIWEL) — C’était le 10 mars 2015 que le Président de l’Anavad, Mas Ferhat Mehenni, a signé le décret officialisant le drapeau national kabyle, qui a été choisi par les citoyens parmi plusieurs modèles, suite à une élection.

Le drapeau élu a donc été révélé un 10 mars. Il a été présenté au grand public en Kabylie le 11 avril 2015, lors d’un meeting du MAK à Illilten. Un succès retentissant.

Les levées de drapeaux kabyles ont alors atteint les 4 coins de la Kabylie : des dizaines de levers de drapeaux dans des villages, prêtants semant de le chérir et de le protéger dans toute circonstance. Dans la diaspora, également, le drapeau kabyle a été levé, un peu partout en France, en Europe, en Amérique, en Afrique du Sud. Et le 11 octobre 2015 en face du siège de l’ONU.

Les artistes kabyles l’ont chaleureusement accueilli. Zedek Mouloud l’a présenté au public à l’Alhambra, le 15 mars 2015, 5 jours seulement après le décret. Et depuis il ne rate pas une occasion de le brandir sur scène. Malika Domrane l’a récemment brandi également, face à l’ambassadeur de l’Algérie en France et à la maire de Paris. Le chanteur Amirouche, Ali Ideflawen, Boudjemaa Agraw, Kheloui Lounes et tant d’autres noms de la chanson kabyle. Nos associations chez la diaspora en font leur emblème, de plus en plus, souvent aux côtés du drapeau amazigh.

Les couleurs kabyles en drapeau, en autocollant sur des voitures ou sur les coques de téléphones, en fresque sur des murs, en dessin sur des tables à l’école, en arrière-plan de PC, en photo de profil Facebook. Partout, et même là où on ne s’y attend pas, pour dire « Je suis kabyle et fier de l’être », « Pour une Kabylie Indépendante » ou encore « Vive la liberté !« .

Le drapeau kabyle est aussi traqué dans les stades, arraché la nuit dans les villages, recherché dans les sacs des étudiants, il est l’ennemi public numéro 1 des forces de répression algériennes qu’il ne cesse de hanter depuis 2 ans.

Ce 16 avril, les couleurs vives de l’Anay Aqvayli illumineront les rues de Paris, ternies par les terroristes obscurantistes. Le 20 avril, cela sera au tour des 3 capitales kabyles d’embellir nos villes abandonnées par l’état colonial, bientôt reprises par les leurs.

nbb
SIWEL 100013 Mar 17

Partager ceci...
Le Drapeau national kabyle a deux ans : « vive la liberté ! »
Click to comment

Commenter cette publication...

Haut