MAK-Anavad

Interview avec Soraya Sough sur l’accord entre le MAK-Anavad et l’Alliance libre européenne

INTERVIEW (SIWEL) — Soraya Sough est parmi ceux et celles qui travaillent à internationaliser la cause kabyle depuis plusieurs années. Elle a accompli plusieurs actions diplomatiques en faveur de la Kabylie. Récemment, elle a grandement contribué à la concrétisation de l’accord entre le MAK-Anavad et l’Alliance libre européenne.

Ci-dessous, quelques questions relatives à cet accord en particulier, à la diplomatie en général et au souverainisme de la Catalogne, où elle réside.

SIWEL : Le MAK-Anavad vient de signer un accord avec L’Alliance européenne libre. Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots ce qu’est l’ALE ?

Soraya Sough : L’Alliance Libre Européenne est une alliance de différents organismes politiques alternatifs européens qui ne se reconnaissent pas dans les politiques et lois totalitaires des états post-deuxième guerre mondiale qui a charcuté les territoires des nations et des peuples originels européens.

Parmi ses objectifs principaux, la promotion des droits des peuples à l’autodétermination et le soutien à ses membres pour aller vers une plus grande autonomie, y compris l’indépendance, passant par la préservation linguistique, culturelle, économique, environnementale ainsi que la représentativité politique. Les membres de l’ALE sont originaires d’un peu plus de 19 états. Certains sont membres de gouvernements dans plus de 14 états, ce qui donne à notre Kabylie une stature égalitaire à ses paires en Europe sur plusieurs plans.

Que dit l’accord signé entre le MAK-Anavad et l’Alliance libre européenne?

L’accord, au-delà de sa symbolique, porte sur une coopération et collaboration multilatérales réelles avec nos partenaires européens.

Je tiens à signaler ou informer d’une chose : que notre approche diplomatique Kabyle fait aussi de l’innovation car on compte travailler avec une interaction permanente avec nos citoyens de tous âges, expériences…etc pour représenter le plus fidèlement possible la réalité de notre peuple sur la scène internationale.

Nos démarches internationales sont toujours reliées à la réalité du quotidien de notre peuple. La grande différence justement de ce genre de diplomatie est qu’elle est humaine avec des résultats concrets sur le terrain, où chaque individu a sa place, sa tribune pour s’exprimer sur un sujet qui le concerne directement.

Peut-on dire que l’ensemble des partis qui sont dans l’ALE sont pour l’indépendance la Kabylie?

OUI sans aucun doute ! Notre projet politique était connu de tous, grâce au dossier qu’on a présenté au préalable, il y a quelques mois de cela, renforcé et consolidé par le travail de coulisses que nous avons mené depuis notre arrivée en Pologne, avant la tenue de l’assemblée de l’ALE.

Vous vivez en Catalogne. Celle-ci veut son indépendance. Le peuple catalan n’est pas satisfait de son statut de large autonomie?

Oui je vis en Catalogne et je suis une membre très actif depuis une décennie déjà dans l’action politique nationale et internationale pour l’indépendance de ce beau pays, même quand c’était un sujet tabou et une affaire de marginalisés !

Les catalans se sont rendus compte un peu tard que revendiquer premièrement une autonomie était une grave erreur stratégique car ce statut a complètement bloqué sa souveraineté pendant plus de trois décennies, donnant ainsi le temps à l’Espagne d’implanter ses pions et par conséquent polluer la scène politique et économique nationale catalane depuis des années, pour faire oublier aux catalans leurs vrais problèmes, la spoliation de leurs richesses et le statut de servitude permanent.

L’autonomie est un leurre du XIX et XXème siècle et c’est justement ce que les peuples et nations sans états en Europe ont compris et c’est pour cela qu’ils revendiquent et travaillent pour avoir leurs propres états, d’où leur soutien et encouragement au peuple Kabyle d’aller vers un destin prospère sous forme d’état.

Votre action au service de la cause kabyle s’inscrit principalement dans la diplomatie. La diplomatie est vitale pour l’indépendance de la Kabylie?

La diplomatie se base sur la recherche d’intérêts communs entre nations pour établir, par la suite, une relation mutuellement profitable. Cependant, après la chute du mur de Berlin et la fin officielle, mais pas officieuse, de la guerre froide, la diplomatie s’est transformée en une diplomatie moralisatrice et peu constructive où on a effacé toute nuance idéologique, régionale, ethnique, etc, et où tout est noir ou blanc, diabolisant tous ceux qui refusent de se soumettre à cette vision du monde.

Les Kabyles ne sont pas naïfs. Nous savons parfaitement les dessous des cartes et les enjeux des différents acteurs nationaux et internationaux de chaque région du monde. Face à cette réalité, la défense d’intérêts de notre Kabylie est une nécessité.

Nos actions loin des circuits officiels est une chance en quelque sorte, car leurs organismes diplomatiques sont obsolètes, illégitimes et stériles. Se basant uniquement sur des accords d’ordre sécuritaires et énergétiques, endeuillant davantage le monde avec des guerres incessantes et inutiles, sous de fausses bannières.

La diplomatie Kabyle est propre, belle et fraîche. Elle est indissociable de l’action de son peuple sur le terrain pour défendre ses propres intérêts comme n’importe quel autre peuple du monde.

L’action populaire a besoin de visibilité internationale et c’est là où nous intervenons. Une nouvelle ère a commencé pour nous et enfin la peur a changé de camp.

Propos recueillis par Lmulud At  Ɛazdin
SIWEL 031645 Apr 17

Partager ceci...
Interview avec Soraya Sough sur l’accord entre le MAK-Anavad et l’Alliance libre européenne
Click to comment

Commenter cette publication...

Haut