FORT DE FRANCE (SIWEL) — Le 6 décembre 1961, Frantz Fanon décédait des suites d’une leucémie, à l’âge de 36 ans. Cinquante ans après, sous l’égide de Plateforme migrants et citoyenneté européenne (PMC), une ONG fédérant une centaine d’associations, un hommage triennal lui sera consacré.

 

Il y a 50 ans décédait Frantz Fanon : un hommage triennal lui sera rendu
L’hommage à Frantz Fanon démarra à Paris. Il se poursuivra à Alger, à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie (mai-août 2012). Et s’achèvera à Fort-de-France, en Martinique (nov.-déc. 2013), par l’érection d’une stèle et la remise du prix Frantz Fanon de l’ONU aux lauréats d’un concours international de lecture de Fanon auquel participeront près de 250 lycéens.

Ce mercredi 7 décembre sera lancé officiellement l’hommage du 50e anniversaire de la disparition de Frantz Fanon, annonçant les manifestations, avec les interventions, notamment, d’Yvette Gallot, vice-présidente du conseil régional de la Martinique, d’Anissa Boumédiene, première dame de la république d’Algérie (1965-1978), de Doudou Diène, ancien rapporteur de la lutte contre les discriminations auprès des Nations unies, et de Raymond Césaire, président de l’AROM (Amitié, Réalité, Outre-Mer).

Né le 20 juillet 1925 à Fort-de-France et décédé le 6 décembre 1961 à Bethesda, le psychiatre et essayiste martiniquais est l’un des fondateurs du courant de pensée tiers-mondiste. Penseur engagé, il a analysé les conséquences psychologiques de la colonisation à la fois sur le colon et sur le colonisé. Engagé dans les forces du FLN (Front de libération nationale), il sera nommé en mars 1960, ambassadeur du Gouvernement provisoire de la République algérienne au Ghana. Il repose à Aïn Kerma, en Algérie.

cc
SIWEL 061700 DEC 11

Partager ceci...