Faisant fi de la censure algérienne, Larbi Yahioun anime sa conférence en plein air

TIZI N BERBER (SIWEL) — Invité pour animer une conférence-débat portant sur « la langue kabyle, de la littérature à la science » au village de Tivuεlamin dans la commune de Tizi N Berber samedi 20 janvier à 14 heures, la présence de Larbi Yahioun provoque encore une fois la panique de l’administration coloniale algérienne en général et la gendarmerie coloniale d’Aokas en particulier.

Par voie de conséquences, le maire de Tizi n’Berber est intervenu vers midi auprès de l’un des organisateurs et également propriétaire du local qui devait abriter l’événement en question en lui faisant part de menaces émanant de l’administration et de la gendarmerie algériennes notamment les décisions arbitraires qui seront prises s’il ose mettre son local à la disposition du conférencier et de l’assistance.

Le maire lui a rappelé qu’une décision de sceller le rideau et une procédure judiciaire pour regroupement illégal seront entre autres envisageables.

Après un bref échange entre l’invité et ses hôtes en présence de l’écrivain Rachid Hitouche, il a été décidé de ne pas renoncer devant le chantage de l’administration et les services d’insécurité algériens qui n’ont pas cessé leurs navettes dans le village en utilisant des véhicules banalisés.

Et pour mettre le propriétaire de local à l’abri de la moindre nuisance, la conférence s’est tenue en pleine nature au bord de la route principale à la barbe et au nez des serviteurs zélés de l’Etat colonial algérien qui oeuvrent pour tous les intérêts sauf ceux de Taqvaylit et de ses citoyens.

nn/wbw
SIWEL 201915 JAN 18

Partager ceci...

Laisser un commentaire