Actualité

Des centaines d’étudiants kabyles bloqués à l’entrée de l’Institut Français d’Alger

ALGER (SIWEL) — L’Institut Français d’Alger, anciennement Centre Culturel Français (CCF), a été envahi ce dimanche 29 octobre par des centaines d’étudiants qui sont venus principalement de Tizi-Ouzou et de Vgayet pour prendre un rendez-vous pour passer un test de connaissances en langue française (TCF) demandé dans le cadre les démarches pour la poursuite des études en France.

En effet, cette situation est intervenue alors que, le Centre chargé des dossiers pour les études en France, a informé les étudiants, il y a quelques jours, que la prise des rendez-vous de TCF sera effectuée directement au niveau de l’Institut Français d’Alger, à partir d’aujourd’hui, alors que jusqu’ici les étudiants effectuaient une pré-inscription sur le site de l’Institut avant de confirmer sur place la prise de rendez-vous pour le passage du test du français.

Au moment où nous publions ces lignes, les responsables refusent d’ouvrir les portes du Centre en raison du grand nombre d’étudiants qui sont venus et attendent devant la bâtisse de l’Institut.

Après plusieurs heures d’attente, le responsables de l’organisme ont changé de procédure. A cet effet, l’institut français arrête un calendrier, en vigueur à partir du 30 octobre. Les candidats dont les noms commencent par les lettres :

  • A, B, C, D, E : lundi 30 octobre 2017 ;
  • F, G, H, I, J, K : mardi 31 octobre;
  • L, M, N, O, P, Q : mercredi 1er novembre (IF ouvert à titre exceptionnel);
  • R, S, T, U, V, W, X, Y, Z : jeudi 2 novembre;

Notant que, le TCF est la première étape pour les démarches pour aller poursuivre des études en France. Une démarche qui coûte chaque année plus chère (10 000 DA cette année). Viennent par la suite le paiement des frais du traitement du dossier et ceux du passage d’un entretien, et enfin les frais du visa. Sans compter le coût des transports jusqu’à Alger pour les étudiants kabyles.

Pourtant des solutions existent pour le calvaire que vivent les étudiants kabyles. En effet, l’ambassade de France en Algérie a proposé à l’Algérie d’ouvrir un Institut Français à Tizi-Ouzou en 2013 et les autorités algériennes ont refusé sous le motif de l’insécurité. Nous y reviendrons.


anb
SIWEL 291406 Oct 17 UTC

Partager ceci...
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Haut