Algérie coloniale

De ces associations satellites qui se préparent à festoyer le 20 avril

CHRONIQUE (SIWEL) —  Nous assistons et voyons ces jours-ci des associations satellites du régime de la mangeoire, accélérer, pieds nus, en attendant d’être chaussées puis chassées par le Pouvoir d’Alger, pour célébrer le 20 Avril.

Qui le cru ? Lustucrus ? Eh bien oui ! Ici et là, et même de l’autre côté de la rive, ces appendices, puant la nausée, s’activent à s’arracher les dents pour rendre Avril en Vert, Rouge et Blanc.

Le régime a très mal, mais contre Avril il ne peut rien. Dommage pour lui. Même si il fait appel aux KDS, dont l’honneur se mesure à la dimension de leur serpentin, le printemps de Kabylie, restera kabyle, éternellement Kabyle, sur la terre qui l’a vu naître dans la douleur un certain avril 1980, quand les colons souillaient à leurs guises l’honneur de la tribu.

Non La Kabylie n’a jamais oublié et la blessure ne s’est jamais refermée. Vouloir Algérianiser Avril de Kabylie, une date qui a été pendant de longues années la hantise du régime colonialiste, que ce même colon, aurait volontiers supprimé du calendrier s’il en avait les moyens, c’est croire qu’on peut aisément déplacer le printemps de Prague en Arabie-Saoudite, festoyer, et même boire à la jarre sous les yeux des Fahd et des Al-Saoud, en dansant la rumba sous les airs et la rythmique brésilienne.

Mais que pourra faire cette hypocrisie ? Que pourront tous ces Kabitchous au service de ceux qui, longtemps et d’ailleurs jusqu’à nos jours, demeurent l’ennemi juré de tout ce qui est ou émane de Kabylie. C’est quoi ce courage de dire : Je suis Kabyle, j’ai juste choisi de faire ce que je sais, c’est-à-dire, chanter. De quelle nature est cet honneur qui pousse certains à applaudir, puis venir chanter, insidieusement son berceau, vendre son âme au chiens, et cela, que pour faire plaisir à son vizir, et garder ouvert le robinet du liquide !

Beaucoup ne le savent pas, on ne peut les qualifier que d’ignorants, mais beaucoup d’autres le savent très bien. Ils peuvent se mettre sur scène, porter la tenue de clown, danser, se faire rouiller le gosier, mais Avril ne s’algérianisera jamais. Le 20 Avril est né Kabyle, comme tous les kabyles qui se battent pour leur liberté.

Rachid Hitouche
SIWEL 241954 Mar 17

Partager ceci...
De ces associations satellites qui se préparent à festoyer le 20 avril
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Haut