La famille de Yacine Kourdache ne croit pas à la thèse du suicide avancée par la police

TAQERVUST (SIWEL) — Le 06 mai dernier, les représentants des coordinations Sud, Est et Ouest du MAK-Anavad, accompagnés de plusieurs militants du mouvement, se sont rendus au domicile de l’étudiant Yacine Kourdache, décédé le 04 mai dernier dans des conditions non encore élucidées.

En effet, les représentants des trois coordinations, Rachida Ider, Kouceila Ikken et Youcef Messouaf, après une réunion de préparation de la marche du 20 mai, ont tenu à présenter leurs condoléances à la famille du défunt.

Ils ont été accueilli par une famille effondrée par le décès de Yacine, étudiant en Commerce à l’université de Tizi Wezzu. Aucun des membres de la famille, en deuil, ne croit en la thèse de suicide avancée par la police algérienne. Cette dernière a expliqué que Yacine s’est suicidé et que l’affaire est close. La police a également avancé que le jeune étudiant était suivi par un psychologue :

« Ils nous ont dit que Yacine avait des troubles mentaux et qu’il était suivi par un psychologue. Ils nous ont dit que des documents de ce psychologue ont été retrouvés dans son sac mais quand nous avons demandé à récupérer les documents en question et à connaitre l’identité du psychologue, ils n’ont rien voulu nous donner » a expliqué la sœur de l’étudiant pour qui la thèse du suicide est impossible. Yacine aurait été retrouvé pendu à un arbre a avancé la police.

A préciser qu’étrangement aucun membre de la famille n’a eu le droit de voir le corps de Yacine, ce que la mère de ce dernier, anéantie, n’arrive pas à comprendre.

Le grand père du défunt a quant à lui témoigné : « Yacine c’est moi qui l’ai élevé. Je le connais. La veille de sa mort, il m’a appelé, comme à son habitude, pour me dire qu’il allait rentrer le lendemain car c’était un jour férié à cause des législatives. On l’a attendu, en vain ».

La famille de Yacine ne compte pas en rester là et compte faire éclater la vérité sur la mort de leur fils. Une affaire précipitamment classée par la police algérienne pour des raisons encore ignorées.

L’autre hypothèse avancée est que Yacine Kourdache serait victime d’une agression mortelle. Ça serait le troisième étudiant assassiné en 3 mois à Tizi Wezzu. La police algérienne essayerait, dans ce cas, à cacher la vérité pour ne pas accentuer le sentiment d’insécurité chez les étudiants de Tizi Wezzu déjà exaspérés par la situation.

nbb
SIWEL 071151 May 17 UTC

Partager ceci...