Kabyles agressés par les Arabes à Tuvirett : des témoignages qui font froid dans le dos

TUVIRETT, KABYLIE (SIWEL) — L’impressionnante marche à Tuvirett (ex Bouira) ce mardi de plus de 50 000 personnes pour la défense de l’identité kabyle qui ont rallié l’université Akli Mohand Ulhaj à la wilaya (préfecture, ndlr), siège de l’administration coloniale algérienne, a poussé cette dernière à lâcher ses hordes de sauvageons et à relâcher ses hors-la-loi afin de « casser du kabyle » en usant d’armes blanches, même dans l’enceinte universitaire.

 

Ci-dessous, trois témoignages qui en disent long sur l’impossibilité plus qu’évidente qu’éprouve les Kabyles, peuple civilisé, de vivre sous le joug d’une dictature arabo-salafiste qu’est l’Algérie pour qui la violence est une seconde nature :

Un infirmier : « Un jeune homme à été poignardé, son drapeau amazigh déchiré…« 

Azul fellawen.
Je vous écris car l’heure est grave mes frères kabyles, je travaille dans un hôpital de Bouira, un jeune portant un drapeau amazigh tout déchiré est arrivé ce mardi 12 décembre aux alentours de 16h30 à l’hôpital, ce jeune homme à été poignardé par des voyous engagé par vous savez qui qui ; pour une seule raison car il défendait sa langue, sa culture, sa kabylité, son amazighité.
La vie du jeune homme est dans un état déplorable, moi citoyen kabyle simple infirmier j’appelle à une solidarité, à une union des Kabyles pour rendre justice à ce jeune homme car il a été victime d’un régime des plus dictatoriaux.
Pour une grande marche à Alger.

Un étudiant de Tuvirett qui ne s’est jamais « senti aussi humilié qu’hier et aujourd’hui« 

Azul fellawen a tarwa n teqvaylit

Nek d mmis n Tubiret, ussiɣed ar ɣorwen aken ad laɛiɣ leɣbayel anda ma lann ad nejmaɛen ikel ar Tubiret aken aɣ-defkem afus lmɛawna.

D atmaten inella, maĉĉi d lḥeq ad-ttefkem afus fellaneɣ. G laɛmer ḥusseɣ iy maniw twaḥeqreɣ di tmurt-iw am idelli d wass-a.
Idelli d la police ur nejan anelḥu, ewtenaɣ-id ula s yezra ar tesdawit. Assa cegɛenaɣ-id l’UGEI jemɛend ak les voyous n Tuvirett ewtena-ɣ s lemwas, s tqerɛatin neccrab. Yerna glan ula s tulass.

Ketveɣak-id tavratt ayi, imetawen ɣelind seg allen. Ma mazal zeywen cituḥ n tegmatt, nejmaɛet-ed ar Tuvirett aken asnini iweɛraven Tuviret nneɣ maĉĉi nwen.

[Je suis un enfant de Bouira, je viens aujourd’hui vers vous pour faire appel à chaque kabyle pour un rassemblement à Bouira pour nous aider.

Nous sommes des frères, vous ne pouvez pas nous abandonner. Je ne me suis jamais autant senti humilité dans mon pays qu’hier et aujourd’hui.
Hier, c’était la police qui nous empêchait de marcher et qui nous ont provoqué en nous lançant des pierres même dans l’enceinte universitaire. Aujourd’hui c’est l’UGEL qu’ils nous ont envoyé avec tous les voyous de la ville pour nous agresser, armées de couteaux et de tessons de bouteilles d’alcool. Ils s’en sont même pris aux filles.

Je vous écris ce message, les larmes aux yeux. Si il reste en nous encore un peu de fraternité, venez à Bouira pour montrer aux arabes que cette ville est à nous pas à eux.]

   

Madjid Aggad : « des jeunes kabyles ont été blessés par les arabes« 

Suite à la marche d’aujourd’hui 12/12/2017, des jeunes kabyles ont été blessés par les arabes. Les forces étatiques algériennes provoquaient les jeunes devant la Fac centrale de Bouira alors que ces derniers ne font que revendiquer leur droit pacifiquement mais malheureusement, l’état algérien est toujours le même…

(Le militant souverainiste Madjid Aggad ici avec deux blessés de Tuvirett originaires de Saharidj)

La foule monstre des Kabyles de Tuvirett épris de leur identité et de leur kabylité

SIWEL 121911 Dec 17 UTC

 

Alerte rouge : Plusieurs blessés du côté des étudiants à Tuvirett (Ex Bouira) suite à des attaques à l’arme blanche

 

 

SIWEL 121911 Dec 17 UTC

Partager ceci...

Laisser un commentaire