Huit conférences interdites au Café littéraire d’Aokas : les citoyens disent Stop !

AOKAS (SIWEL) — Huit conférences ont été interdites au Café littéraire d’Aokas depuis le début de l’année.

La première conférence à avoir été interdite est celle de l’enseignant et militant Larbi Yahioun le 14 janvier dernier, à l’occasion de Yennayer. Thème de la conférence : «la langue kabyle dans la littérature et la science». L’association Azday Adelsan qui est à l’origine du Café littéraire d’Aokas a toujours demandé des autorisations au niveau de l’APC que cette dernière a, à chaque fois, accordé. Lors de la conférence de Larbi yahioun, la chef de daïra (désignée par les autorités algériennes), Malika Talbi, qui venait de prendre ses fonctions, s’en est mêlée pour l’interdire. Puis c’est au tour de Younes Adli de se voir interdit de faire une conférence autour de son livre sur « la pensée » kabyle.

La grande majorité des conférences prévues depuis dans le cadre du café littéraire d’Aokas ont été depuis interdites. Et ce sans aucune explication de la représentante de l’Etat algérien à Aokas.

Pour le quotidien algérien Elwatan, les organisateurs reprochent à l’association d’inviter des intellectuels et écrivains proches du MAK.

Hier, 20 juillet, les citoyens d’Aokas se sont réunis pour réagir à cette inquisition qui frappe leur localité.

C’est ainsi que la décision a été prise d’organiser une marche demain, 22 juillet, sous le slogan « Libérons la culture à Aokas ». La marche s’ébranlera de la place Katia Bengana à 13h jusqu’au Centre culturel d’Aokas. Une conférence de Ramdane Achab est prévue juste après la marche à 14h. Cette dernière n’a pas eu d’autorisation mais cette fois-ci, elle aura lieu « coûte que coûte ».

Affiche de la marche de ce 22 juillet
Liste des conférences interdites par la chef de Daïra d’Aokas depuis le début de l’année 2017

nbb
SIWEL 211030 Jul 17 UTC

Partager ceci...