Appel à mobilisation le 06 février pour soutenir Madjid Aggad

ANAVAD AQVAYLI UΣḌIL
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA
MINISTERE DES AFFAIRES JURIDIQUES ET DES DROITS HUMAINS

 

MOBILISATION GENERALE LE 6 FEVRIER 2018 DEVANT LE TRIBUNAL DE TUVIRET
POUR SOUTENIR MADJID AGGAD FACE A L’INJUSTICE ALGERIENNE

En portant l’affaire de Madjid Aggad à l’International, aussi grâce au soutien indéfectible des citoyens de Saharidj son village et ceux de sa commune, la vigilance et la compétence de son avocate, la mobilisation des militants du MAK malgré la répression persistante de la gendarmerie coloniale algérienne, celle de la seule presse souverainiste kabyle, Madjid Aggad vient de remporter une première victoire.

A la lecture de ce communiqué et des faits qui l’alimentent, il apparaît comme une évidence que la volonté des autorités algériennes est de protéger leur agent et informateur, en l’occurrence le terroriste « repenti » Kamel Chemli, alias Abou Talha et d’enfoncer l’indépendantiste kabyle Madjid Aggad.

Lors de l’examen de la plainte déposée par Madjid Aggad contre le terroriste islamiste « repenti » Kamel Chemli alias Abou Talha, pour agression, suite à son refus d’obéir à son injonction violente de retirer les portraits des 128 jeunes assassinés par les gendarmes algériens lors du Printemps noir de 2001, ceux de Messieurs Mouloud Mammeri , Ameziane et Ferhat Mehenni, Ait Menguellet et d’autres personnalités kabyles, malgré les preuves accablantes, le Procureur de la République algérienne a décidé de classer l’affaire.

A l’examen de la plainte déposée par le terroriste « repenti » Kamel Chemli alias Abou Talha, accusant faussement Madjid Aggad « d’atteinte à sa personne et à la mosquée » voisine du commerce du militant kabyle, de surplus, en justifiant son agression par sa volonté d’empêcher l’installation du MAK à Saharidj (sic) en raison de ses activités militantes, Madjid Aggad vient d’être innocenté. Ce n’est pas un cadeau mais la crainte par l’Etat colonial algérien des instances internationales .

La troisième affaire, sur les appels au meurtre proférés par ce terroriste « repenti », sur son compte facebook, à l’égard de Madjid Aggad, qui devait être plaidée le 16 janvier 2018, a été reportée au 6 février 2018, car selon les allégations des autorités algériennes, il fallait attendre que la situation de la mobilisation revendicative des militants du MAK et des citoyens kabyles, lors de la célébration de Yennayer en Kabylie se calme afin d’empêcher un soutien trop voyant des militants et des citoyens kabyles le jour du procès.

Dans cette affaire, le terroriste « repenti » a reconnu avoir publié cet appel au meurtre sur son compte facebook, comment peut il faire autrement, sachant que la presse souverainiste kabyle dont Siwel.info et K-Direct.info ont en fait des captures de ces publications.

Quant à l’enquête effectuée par les services de sécurité algériens sur le compte facebook du terroriste « repenti », alors qu’ils auraient pu demander l’aide du fournisseur Algérie Télécom qui a montré sa capacité à bloquer les Journaux électroniques des souverainistes, ils ont conclu que « son compte facebook n’est pas identifiable car il ne n’a pas un numéro ou une boîte e-mail » ce qui a donné au terroriste « repenti », l’idée saugrenue d’accuser le MAK d’avoir soi-disant bloqué son compte facebook, ce qui est un non sens !

Par ailleurs, Madjid Aggad a demandé à faire citer les trois personnes qui ont publié des commentaires de soutien aux appels au meurtre faits par cet individu monstrueux , mais la justice refuse de les entendre, lui suggérant de déposer une autre plainte pour protéger le terroriste « repenti ».

En réalité, il s’agit bien d’un procès politique qui ne dit pas son nom et de la volonté du pouvoir colonial algérien et de ses forces de répression d’enfoncer par tout moyen le militant valeureux Madjid Aggad , le terroriste « repenti » un agent du pouvoir algérien colonial, comme quelques autres qui sévissent en Kabylie, les autorités coloniales algériennes qui voulaient faire de ce procès un exemple ont dû reculer, et rien n’empêchera la marche de la Kabylie vers son indépendance , chaque jour on constate, malgré les manipulations, la répression à l’égard des militants pour les faire fléchir en vain, les kabyles font de plus en plus confiance et ils adhèrent aux idéaux de liberté, d’indépendance ancestrale de la Kabylie qui assurément va dans le sens de l’Histoire.

Exil, le 28/01/2018

Sakina At Sliman
Ministre des Affaires juridiques et des Droits humains
Gouvernement Provisoire Kabyle en exil (Anavad)

— 30 —

SIWEL 281818 JAN 18

Le MAK-Anavad internationalise le cas Madjid Aggad harcelé par l’Etat algérien

 

Sakina At Sliman : « L’affaire Madjid Aggad, une affaire éminemment politique »

Partager ceci...

Laisser un commentaire