NANCY (SIWEL) — Depuis des décennies l’ACB54 de Nancy organise une grande rencontre chaque début janvier. Cette année, elle a eu lieu le 14 janvier à la salle des fêtes de Vandoeuvre les Nancy. Un événement très attendu par les kabyles de Lorraine. Plus de 500 personnes se sont déplacées, la célébration à eu lieu à guichet fermé.

 

« Heureux qui célèbre Yennayer
Chaque être aura sa lumière
Chaque oiseau pourra voler
Dans un pays où le droit d’asile est sacré
Où la vie est faite de bonheur et de paix
Tel est le message de nos ancêtres »
(Extrait d’un poème trouvé sur le net)

« Assegwas ameggaz  » c’est la réponse à ceux qui veulent étouffer , supprimer Yennayer, cette grande et belle fête berbère traditionnelle du 12 janvier ; parce que trop païenne à leur goût.

En Kabylie et dans le monde entier là où les berbères sont présents même exilés loin de leurs berceaux , Yennayer est célébré et le sera encore et encore, que ça leur plaise ou non. C’est un fait.

Cette année, à Nancy, Yennayer a été un succès total grâce au travail acharné des équipes de bénévoles de l’ ACB ne comptant ni leur temps, ni leur énergie pour faire de Yennayer un événement inoubliable. Des femmes, bénévolement mobilisées depuis la veille, ont préparé un couscous géant qui a été servi au public dès le début de la soirée, suivi, d’un concert avec le chanteur et musicien de talent Hacene Laiche et la participation d’artistes locaux, Saïd et Farid Tebani. La nouvelle troupe de théâtre « Les oliviers » a joué une petite scène en hommage à Tahar djaout avec la fameuse phrase « Si tu parles tu meurs si tu te tais tu meurs, alors parles et meurs. »

Rendez vous l’année prochaine pour une célébration encore plus belle
Que vive Yennayer maintenant et à jamais.

Yolande A H
SIWEL 2111138 JAN 17
Partager ceci...