UNE CITOYENNETÉ KABYLE  POUR ÉCHAPPER À TOUTES LES ARABESQUES ET BARBARESQUES IDENTITAIRES

KABYLIE (SIWEL) — L’identité kabyle échappe jusque-là à toute définition scientifique,  sociologique et philosophique. Elle est l’otage des différentes tendances politiques qui traversent le pays Kabyle.

Il devient de plus en plus difficile pour un Kabyle lambda (civil comme dirait MuHend U Yehya) de se définir sans verser dans la contradiction, voire la schizophrénie. 


1-  l’identité kabyle chez les proches du pouvoir : elle s’inscrit dans le présent rentable, et pour qui, un Kabyle et un Arabe, c’est kifkif, c’est-à-dire, Arabe officiellement (à la mosquée et au parlement) et Kabyle officieusement (au village et dans les bars).


2 – l’identité kabyle chez les progressistes : elle s’inscrit dans un futur incertain. Elle est laïque et ouverte. Elle se veut républicaine, universelle et émancipatrice. 


3 – l’identité kabyle chez les Conservateurs : elle s’inscrit dans un passé cachneqien et tire sa légitimité et son authenticité de la guerre d’Algérie, du folklore turc et de la morale islamique. 


Il est peut-être temps de travailler sur le concept de citoyenneté.  Le seul moyen d’échapper à toutes ces arabesques et barbaresques identitaires.

Romain Caesar
SIWEL 031528 FEV 21

Partager ceci...