AT ΓUVRI (SIWEL) — Un citoyen kabyle du village d’At Isεad, dans Lɛerc des At Γuvri, ⵉacur ⵉarruc, subit depuis des mois les affres de l’ostracisme de la part de l’administration algérienne au point où même sa fille âgée de 10 ans a fait l’objet d’une interpellation traumatisante par un gendarme algérien devant son école et en présence de ses camarades tout aussi choqués. Nous publions ci-après sa déclaration à charge :

 

ACHOUR ARROUCHE
VILLAGE AÏT ISSAD
CNE IFIGHA

DÉCLARATION

Depuis mars de cette année, j’ai été l’objet d’une cabale orchestrée par le maire d’Ifigha qui a abouti à la privation de mon droit au travail sans justification, sans notification et sans recours possible.

Ce type de situation, unique dans les annales algériennes, est le fait d’armes d’un édile, téléguidé par des forces occultes et par les services de répression que sont devenus la police et la gendarmerie affectés en Kabylie.

En effet, ces deux corps dits de sécurité n’ont eu de cesse de me harceler au point où même ma fille âgée de 10 ans a fait l’objet d’une interpellation traumatisante par un gendarme devant son école et en présence de ses camarades tout aussi choqués.

Quant à la malveillance pernicieuse de M. le maire à l’égard de ma famille, son refus de me notifier sa décision de licenciement a débouché sur l’impossibilité de constituer les dossiers de bourse pour mes filles et la suppression pure et simple des primes de scolarité.

L’ostracisme criminel que je subis va au-delà des velléités hargneuses de l’administration municipale puisque aucune des promesses fermes de recrutement qui m’ont été proposées de la part d’opérateurs privés de la région n’a abouti à cause de pressions et menaces d’une administration coloniale qui ne dit pas son nom et des services de répression dont le but de plus en plus évident est la mise au pas du peuple kabyle.

Mon cas n’est pas unique et la répression touche de nombreux patriotes kabyles. L’injustice, l’intimidation, l’ostracisme et l’affamement actuellement mis en application contre des citoyens kabyles n’a d’équivalent dans l’histoire récente que les exactions du régime nazi contre des communautés entières.

Dans cette perspective, la dérive du régime algérien vient de se dévoiler à travers un livre scolaire où est décrétée la suprématie raciale de l’arabe face à un « patchwork de peuplades » qui représente 20 % de la population. Cette minoration augure de sombres présages à l’encontre des Kabyles, Chaouis, Touaregs et Mozabites.

Les opinions publiques locale et internationale doivent savoir ce que le régime algérien est en train d’ourdir contre la Kabylie avec l’acquiescement assumé ou inconscient de certains collaborateurs domestiques.

Pour ma part, je me refuse au défaitisme. Aucune force n’est capable de me déchoir de ma nationalité kabyle et les agissements criminels d’un kabyle-de-service ne font que renforcer ma conviction que quelles que soient les obstacles dressés contre lui, mon peuple se libérera de son joug dans un avenir proche.

SIWEL 201534 SEP 16

Partager ceci...