Rapport Violence policière

Témoignage de Tiziri : « agressée, assoiffée, affamée et debout depuis 5h du matin, je me suis écroulée par terre »

GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLEMOUVEMENT POUR L’AUTODÉTERMINATION DE LA KABYLIE

MAK-ANAVAD

RAPPORT D’AGRESSION D’UN MILITANT PAR LA POLICE/GENDARMERIE COLONIALE

 

 

Tiziri, tanelmadt n tutlayt d yidles amaziɣ, tameɣnast n MAK-Anavad

Deg ubrid seg Tizi ɣer tuviret, neẓra azal n 12 n ibarağen n iğadarmiyen d ipulisen, ḥebsen-aɣ-d 4 n tikal akken ad ẓren nnekwat-nneɣ. Deg yiwen seg yibarağen-nni ẓriɣ-ten ssersen-d imeɣnasen-nneɣ seg tkerrust kksen-asen tilifunat nehren-ten s yiɣil.

Mi n wweḍ ɣer la gare n Tuviret, sersen-aɣ-d akk mi ẓran nnekwat-nneɣ, wiyaḍ serḥen-asen ma d nekk rran-iyi ɣer ṭṭerf rğiɣ ssaɛa deg ubrid d akken i yi-iwin ɣer la centrale. Dinna fecleɣ aṭas mi ẓriɣ 5 n tmeɣnasin-nniḍen, fehmeɣ d akken tikli n wass-a ur tettili ara.

Tḥewwes-iyi yiwet n tpulist amzun d lbumba i d-wwiɣ s uɛeggeḍ d rregmat d ṭyaḥa. Mi nettrağu ad aɣ-tesɛeddi ɣer usteqsi zzment-aɣ tpulisin-nni mi d-nusa ɣer dinna. Maca mi nugi ad nemmeslay s taɛrabt yerna neɣleb-itent deg wawal, uɣalent ɣer rregmat, kksent-aɣ ula d tiqerɛtin n waman yellan dinna. Ugin-t ad aɣ-ğğent ad nɛeddi ɣer ubduz. Ugint-aɣ ula ad nemmeslay gar-anteɣ.

Tebda tannirt tettarra-d imi tuḍen, ur tt-ğğint ad teffeɣ ur tt-ğğint ula ad tsew aman. Yerna mi yi-teẓra yiwet deg-sent wehhaɣ-as ur tettsenyi ara ayen ara ad as-d-fken tewwet-iyi-d s rkel ɣer uḍar tesbed-iyi s yiɣil, tezzi-yi ɣer lḥiḍ d udegger. Tenna-yi-d ad qqimeɣ akken. Tin ẓrant tenṭeq-d ad tt-wtent s rkel d yibeqqayen.

Mi nugi ad nestenyi rnant deg reffu, sbeddent-aɣ azal n snat n swayeɛ ma drus. Nekk imi lliɣ yakan uḍneɣ, rniɣ fad, laẓ d ibeddi seg lxemsa n ṣbeḥ mi ffɣeɣ seg tnezduɣt tasdawant ɣliɣ. Tekref akk tfekka-w. Iwin-iyi ɣer sbiṭar, deg ubrid ɛeggḍen fell-i nnan-iyi-d d akken d lekdeb ur iyi-yuɣ wara.

Mi d-uɣaleɣ ufiɣ bdan ttserriḥen i tmeɣnasin. Ur aɣ-d-rrin tilifunat-nneɣ armi ten-muqlen akk acu yellan deg-sen.

Rnu-as ɣas ur telli ara tikli maca ur nefcil ara. Nefreḥ aṭas acku d tabɣest i aɣ-d-rnan. Nḥulfa acḥal i neḥwağ timunent. Yerna neẓra seg wanect-a i xedmen, aṭas n Yiqvayliyen i d-yernan s idis-nneɣ.

 

 

Tiziri, étudiante en L3 langue et culture amazigh et militante du MAK-Anavad

Sur le chemin de Tizi vers Tuviret, on a rencontré environs une douzaine de barrages de gendarmes et de policiers ; ils nous ont arrêté quatre fois pour vérifier nos identités. Lors d’un barrage, quelques militants furent descendus de voiture et ont vu leurs téléphones confisqués.

À notre arrivée à la gare de Tuviret, ils ont contrôlé nos identités ; les autres furent libérés mais moi, on m’a conduit au commissariat, après une attente d’une heure dans la rue.
Une fois dans le commissariat, en voyant cinq autres militantes, je me suis sentie abattue car j’ai compris que la marche n’allait pas avoir lieu.

Une policière m’a fouillé avec violence, insultes et vulgarités, comme si je transportais une bombe. Avant de passer à l’interrogatoire, on refusait, toutes, de parler en arabe aux policières qui nous interpellaient, chose qui les contraria au plus haut point ; elles n’arrêtaient pas alors de nous insulter après nous avoir confisqué nos bouteilles d’eau. Elles étaient véhémentes et ne nous laissaient pas aller aux toilettes, ni même parler entre nous.

Une de nos militantes, Tannirt, commença à vomir parce que malade ; ils ne la laissèrent ni sortir ni boire de l’eau. Lorsque je lui fis signe de ne pas signer le rapport, une policière vint vers moi et me donna un coup de pied, me plaqua au mur avec violence et me somma de rester face au mur. Elle fit la même chose, parfois avec des gifles en sus, avec chacune des militantes qui osait protester.

À notre refus de signer nos procès verbaux, elles doublèrent de férocité. Elles nous obligèrent à rester debout pendant plus de deux heures. Et moi, agressée, assoiffée, affamée et debout depuis 5h du matin à ma sortie de la FAC, le corps tendu, je me suis écroulée par terre. On m’évacua à l’hôpital en me grondant et m’accusant de feindre mon état. Plus tard j’appris qu’un policier me donnait des coups de pieds et me bousculait alors que j’étais allongée par terre en disant: « elle fait semblant ».

À mon retour, nos militants commençaient à être libérés. Ils ne nous ont relâchées qu’après avoir inspecté nos téléphones.

Même si la marche n’a pas eu lieu, nous n’avons pas cédé au désespoir ; au contraire, on était heureux parce qu’elle a renforcé notre courage et notre conviction d’atteindre notre indépendance. Et elle permet à chacun de prendre conscience de ce que nous affrontons.

Tiziri, militante au sein de la Coordination universitaire MAK-Anavad de Tizi Wezzu
SIWEL 251741 May 17 UTC

Partager ceci...
Témoignage de Tiziri : « agressée, assoiffée, affamée et debout depuis 5h du matin, je me suis écroulée par terre »
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Haut