Témoignage de Σacur At Sɛid, cadre du MAK arrêté hier à Tizi-ouzou.

KABYLIE (SIWEL) — Désormais, un simple décryptage et sans surprise, le système use de toutes sortes de pratiques pour demeurer, et sa dernière trouvaille une pseudo-révolution (le hirak) pour justifier son anti-kabylisme.

En effet, même un jour de commémoration en hommage aux victimes de 2001, le 14 juin engendre d’autres victimes, orchestrées par une engeance de policiers de surcroit, mal éduqués et aucune instruction, arrête et séquestre des jeunes pacifistes, hommes, femmes et même mineurs ont été traités comme de vulgaires criminels dans les locaux des commissariats.

Par rapport à toutes ces violences subies, le témoignage d’un cadre du MAK raconte ce qui suit:

Les policiers en civil ont mis un dispositif très puissant aujourd’hui de bon matin, depuis la gare routière jusqu’à l’Université Mouloud MAAMERI. 

J’ai étais interpellé vers 11h, sur un trottoir en marchant vers  l’université, ils m’ont embarqué dans une voiture banalisée pour me déporter vers le commissariat de police.
J’y ai trouvé beaucoup de militants et nous avons subi des agressions verbales et physiques…interrogatoires, photographiés de face et de profil…etc.
Nous avons été transférés vers le commissariat centrale.
C’est la police scientifique qui nous a photographiés de face et de profil avec des numéros pour chaque militant sur la poitrine.
A mon tour, j’ai dit à l’un d’entre eux : « on dirait que nous sommes d-irevraven ».
Il m’avait répondu en me disant :
« Je prends cela comme une insulte »
Je lui ai répondu en souriant :
« Ça me rappelle l’époque coloniale, les photos de Abbane, Amirouche  et autres quand ils étaient recherchés par la France coloniale, alors n’oubliez pas de mettre aussi la mention très dangereux en bas de la photo ».
Nous avons été relâchés vers 19h00, et là on est à la recherche des transports pour rentrer chez nous (en plus c’est un vendredi, un jour férié).
Le plus important, c’est que nous avons marqué notre présence afin que l’événement du 14 juin 2001 ne soit jamais oublié.
Σacur At Sɛid.
Partager ceci...