TAMACAHUT (SIWEL) – Ihi mi tfuk tmacahut agi dacu ara sen nini i yeqvayliyen d teqvayliyin :

Deg wukud ayagi aqesḥan i deg nella ḥadret ɣef warraw n wen ur ten ettaket ara ger yir ifassen, llant tdukkliwin i yeselmaden Taqvaylit ur ten ettaket ara ɣer tisuda neɣ iɣervazen n taɛravt tineslemt ara asen yerwin allaɣen n sen
Sya ar nesiweḍ ad d nawi awanak nneɣ ḥadret arraw n wen !

Que faut il retirer comme enseignement de cette histoire : C’est de recommander aux Kabyles de préserver leurs enfants en évitant de les mettre entre de mauvaises mains. Nous les encourageons à les envoyer dans les associations kabyles et non dans les instituts et les écoles coraniques arabo islamiques qui dissolvent leurs cerveaux !

En attendant notre propre ETAT et institutions Nous comptons sur vous pour les protéger !

 

Tamacahut n Mḥend uccen

Amacahu…..

Tagi d tamacahut n Mḥend uccen. Ihi yiwen wass yella iteddu d wevrid is, yesṭerwis di teẓgi dacu ara yaf ad t yečč. Cwiṭ am acemma iwala yiwen yesɣi d warraw is di lɛec n sen, yersen ɣef yixef n ttejṛa.

Ihi yerfed aqerru yis yenna yas i yesγi nni: "Ad iyi d ḍeggreḍ yiwen deg warraw ik, neɣ a d naliɣ ad kwen eččaɣ irkweli.Isɣi nni yevda yettergigi, yuggad ɣef arraw is, maca yegguma ad as yaɣ awal.

Ihi Mḥend uccen yerra iman is yerfa, iɛawed yenna yas:
« A y amcum, ad i yi d ḍeggereḍ yiwen deg warraw im, neɣ ad n aliɣ ad kwen eččaɣ akken ma tellam ».
Ihi isɣi nni yuggad γef warraw is, iḍegger as d yiwen degsen. Isi t id yeṭṭef irefd it yenna yas i yesɣi nni : " Ur taggwad, ad tawiɣ kan akken ad as slemdeɣ tiṣurtin n ddin ineslem akw ad as iselmed taɛravt.

Azekka nni hatan yuɣal d, yeqqim ddaw ttejṛa yeqqar as i yesɣi nni :
« Ad i yi d tḍeggreḍ yiwen deg warraw ik, neγ ad n aliγ, ad kwen eččaγ irekkweli ».

Xas akken yuggad it, maca yumen it ladγa iḍegger as d yiwen deg warraw is.

Akken akenni yal avrid mara d yas Mḥend uccen ad as d iḍeggeṛ yiwen deg warraw is, armi s d yeqqim yiwen d aneggaru.

Akken d tameddit n wass yevda yetṛu, ar yettlumu deg yiman is, yeqqar :
« I tura, amek ara xedmeɣ, azekka ad d yuɣal Mḥend uccen ad aɣ yečč irkweli » .

Cwiṭ am acemma atan iεedda d wewtul n lexla, akken i t iwala yetru, yekker yenna yas:

"Dacu akka i k yuɣen a gma isγi, ayen tetruḍ? Isɣi yeḥka yas id ayen yeḍran yid s, awtul nni n lexla imuqel it yenna yas:

"A y aɛeggun, a y ungif, ikkelx ik, anda akka i teẓriḍ uccen yettalin γef ttejṛa! Aha tura sefḍ imeṭṭawen ik, ad k weṣiγ dacu ara s tiniḍ azekka mara d yuγal.

Azekka mara k d yini "deggeṛ iyi d yiwen deg warraw ik, neɣ ad n aliɣ ad kwen eččeɣ akken ma tellam" ini yas: "Ali d ma tzemreḍ ad d taliḍ". Maca eṭṭef kan deg wawal ik.γur k ad taggwadeḍ.

Azekka nni cwiṭ am acemma atan yewweḍ d Mḥend uccen, isers iman is ddaw ttejṛa, yevda yecennu: "Ad i yi d tḍeggreḍ yiwen deg warraw ik, neɣ ad n aliγ, ad kwen eččaɣ irekweli"

Ihi isɣi nni yerra yas id : " Ali d ma tzemreḍ ad d taliḍ" . Yekker Mḥend uccen yenna yas : "Ay amcum, ad jelveγ, ad n aliɣ, ad kwen eččaγ irkweli".

Xas akken yugga d it, isγi nni yemekta d ayen i s yenna wewtul n lexla , yerra yas id: " Ali d ma tzemreḍ ad d taliḍ."

Ihi Mḥend uccen iwexeṛ iman is ɣer deffir ijelev yeɣli d ɣer lqaεa! Iɛawed avrid wi ssin, ijelev yeɣli d ɣer lqaɛa!
Yuγal akken iwala isɣi yeṭṭef deg wawal is, yeṭṭef avrid is iṛuḥ ad isṭerwes anda nniḍen.
Ezrin akken kra n wussan, yuɣal yesɣi nni amcum yevda icedha arraw, yevɣa ad ten iẓeṛ.

Mi d tameddit n wass, yevda ala yetru yeqqar as: "Wisen amek i teḍṛa d warraw iw, aqli yi cedhaɣ ad ten eẓṛeγ!"

Cwiṭ ama acemma, yusa d wewtul nni n lexla yenna yas:

"Acu i k yuγen akka diγen a gma isγi, acuγer akka i tetruḍ?"

Ihi isɣi yerra yas id: "Aqli yi di yir wukud, cedhaγ arraw iw, acḥal aya ur ten eẓriγ"!

Armi t iɣaḍ yesγi nni, yekker yenna yas: "Aha tura ṣefḍ imeṭṭawen ik, azekka, ad neddukkel ad nṛuh γer Mḥend uccen ad nḥettem felas ad ak ten i d yerr!"

Azekka nni, eddukklen eṭṭefen avrid n sen, ṛuḥen ad qelven γef Mḥend uccen. Cwiṭ am acemma walan t la d iteddu γer sen. Yekker wewtul nni n lexla yenṭeq ar ɣurs yenna yas:

"A Mḥend uccen yewweḍ d wakud akken ad as d terreḍ arraw is i yesγi" Dayen tura ad yili lemden tisuṛtin n ddin! Mḥend uccen iwala dayen yetwaḥres, yekker yerra yas id:

" Aten id la lemden tasuret taneggarut, aset d azekka ad asen teslem!"

Isɣi nni yeǧuǧeg d wudem is, yecmumeḥ d cituḥ. Cwiṭ am acemma segmi ruḥen, Mḥend uccen yeddem d tagwlimt iṣelḥ as tament iɛelq it zdat tewwurt n txelwit is.

Yezri yiḍ, azekka nni, isɣi akw d wewtul n lexla ṭṭefen avrid n sen srid ɣer txelwit n Mhend uccen. Akken kan i d asen yesla yeddem d aεekkwaz yezwi tagwlimt nni, dɣa izan nni i yetetten tament nni i s yeḍla evdan tbbezwizen rewelen sya wesya, yekker Mḥend uccen yenna yas :

"Selt asen kan, aten id la lemden tasuret taneggarut, garaɣ kra n wussan tzemreḍ ad d taseḍ, ad ten tawiḍ."

Ihi , isɣi nni ameɣvun d wewtul nni n lexla ddan deg wawal is , mi zrin kra n wussan eṭṭefen avrid n sen ɣer txelwit n Mḥend uccen. Winna, akken kan yesla yisen la d teddun yekker yerwel. Akken wweḍen ɣer txelwit n Mhend uccen kecmen ɣer daxel, afen t d tilemt, Zzin as d, afen afaggu n yeɣsan di tekwat, netta ziɣ yečča ten! Ihi isɣi nni ameɣvun yetru, ar yettlumu deg yiman is, ma d awetul nni n lexla zik i si faq, yeẓṛa dayen yeččan ten.

Ihi awtul nni n lexla iḥelel akw isɣi nni, yuggul as ar d erren ttar. Qqimen akken armi d tewweḍ tegrist yessawel as wewtul nni n lexla i Mḥend uccen, yenna yas:

« Azul felak a Mḥend uccen, netta yeẓṛa t iḥemel aṭas tiγexsisin :

"Yya d ad tedduḍ yidi ad ak emleɣ anda ara teččeḍ tivessisin, taneqwlet n Velεajut tewwa tenhel" Ihi Mḥend uccen yedda yid s ad iwali taneqwlet agi i d yefkan tivexsisin di tegrist

Akken wweḍen,yenna yas wewtul n lexla maca akken ad tzemreḍ ad ten eččeḍ ilaq ad tcuddeḍ tajeḥnit ik ɣer ufurk n tmeɣrust. Ulamma iwala lexla nni maca deg wakken yeḥrec, iruḥ yessawel asen d akw i wuccanen yellan di tezgi yeqqaren asen:

Yyawt d ad teččem tivexsisin yewwan di tegrist , taneqlet n Velɛajut tewwa tenhel.

Ihi uzlen d akw wuccanen, cudden tijeḥnaḍ n sen ɣer ifurkan n tneqwlet vdan la tetten tivexsisin. Cwit am acemma atan yewweḍ d Velɛajut s uɛekkwaz is, nitni ttun tijeḥnaḍ n sen twacudent ɣer ifurkan n tmeɣrust, jelven d akw, rewlen ɣer tezgi.

Deg wass n uɣalen akw d iqeṛmaḍen. yiwen ur yezmir ad iɛqel Mḥend uccen garasen, maca ula d Mḥend uccen yuɣal d aqermaḍ n jeḥniṭ

Ihi mi tfuk tmacahut agi dacu ara sen nini i yeqvayliyen d teqvayliyin :

Deg wukud ayagi aqesḥan i deg nella ḥadret ɣef warraw n wen ur ten ettaket ara ger yir ifassen, llant tdukkliwin i yeselmaden Taqvaylit ur ten ettaket ara ɣer tisuda neɣ iɣervazen n taɛravt tineslemt ara asen yerwin allaɣen n sen
Sya ar nesiweḍ ad d nawi awanak nneɣ ḥadret arraw n wen !

Afud i iggerzen!

L’Histoire de M’hend le Chacal

Amacahu….

Il était une fois du temps où les animaux parlaient, un chacal surnommé Mhend le Chacal. Un jour il déambulait dans la forêt à la recherche d’une proie facile pour son déjeuner. Son œil avisé remarqua soudainement le nid d’une crécerelle entourée de ses petits au sommet d’un arbre.

Alors il leva la tête et il interpella la crécerelle :

« Jettes moi un de tes petits, sinon je vais monter et je te mangerai toi et tes fauconneaux ».
Alors, la crécerelle se met à trembler de peur, mais elle refusa de lâcher un de ses petits

Alors Mhend le Chacal entra dans une grande colère :

Prends garde à toi, jettes moi un de tes petits sinon je vais monter et je te mangerai toi et tes petits ».

Craignant pour ces petits, la crécerelle lui jeta un de ses petits fauconneaux. Le chacal l’attrapa, il expliqua à la crécerelle qu’elle n’avait pas à s’inquiéter pour lui, il allait juste l’emmener pour lui apprendre les versets du Coran et l’arabe.

Le lendemain matin, il revint et il se posta sous l’arbre en criant :

« Jettes moi un de tes petits, sinon je vais monter et je te mangerai toi et tes petits ».

Alors la crécerelle bien que craintive le crû et à nouveau elle lui jeta un de ses petits fauconneaux.

C’est ainsi qu ‘à chaque fois que Mhend le Chacal se pointait, elle lui lançait un de ses petits jusqu’au jour où il ne lui ne lui resta que le petit dernier.

Le soir venu elle se mit à pleurer, à se lamenter sur son triste sort ! Alors vint à passer un lièvre , il s’arrêta un moment et il demanda à la crécerelle :

« Dame crécerelle, que t’arrive- t-il, pourquoi pleures-tu ?

Alors la crécerelle lui raconta sa mésaventure avec moult détails. Le lièvre la regarda avec pitié ahuri par tant de naïveté. Alors il la regarda tout en lui disant :

« Tu as été bien naïve ma pauvre dame crécerelle, Mhend le Chacal t’a bien roulé dans la farine ! Personne n’a jamais entendu parler d’un chacal qui peut grimper sur un arbre ! Alors lorsqu’il reviendra demain prends bien ton courage à deux mains et dis lui :

« Montes donc si tu peux ! »

Le lendemain vers midi, Mhend le Chacal revint, il se tint debout devant l’arbre de la crécerelle et de ses petits et se mit à chanter :
« Jettes moi ton petit, sinon je montes et je te mangerai toi et ton petit fauconneau ».

La crécerelle lui réponds : « Montes donc si tu peux ! »

Alors Mhend le Chacal, recula, prit son élan, sauta sur l’arbre, il retomba lourdement par terre .

Mhend le chacal se mit à la sermonner en proférant ses menaces : « Prends garde à toi , je vais monter et je te mangerai toi et ton petit »

D’un ton ferme la crécerelle refusa d’obtempérer !

Alors, une fois encore, Mhend le Chacal, recula, prit son élan, sauta sur l’arbre et il retomba lourdement par terre.

Donc pris de cours, il s’en alla la tête basse pour chercher quelque chose à se mettre sous la dent.

Le soir venu, la crécerelle se mit à pleurer, elle pense à ses petits qui lui manquent énormément. Un moment plus tard, son ami le lièvre vint à passer :

« Que t’arrive-t-il encore mon amie ?

Alors la crécerelle lui expliqua que ses enfants lui manquent beaucoup et qu’elles a envie de les voir.
Le lièvre se prit de compassion pour la pauvre crécerelle : « Essuies tes larmes demain nous irons voir Mhend le Chacal et je l’obligerai à te rendre tes petits.

Le lendemain matin ils partirent à la recherche de Mhend le Chacal, au bout d’un moment ils le croisèrent au détour d’un chemin.

Bonjour Mhend le Chacal, aujourd’hui nous venons te voir pour reprendre les petits de Dame crécerelle. Celui -ci se mit feindre l’étonnement et sans se démonter il leur répondit :

« N’ayez crainte, venez donc demain vous allez pouvoir les entendre, ils sont en train d’apprendre le dernier verset du Coran.

Alors le visage de la crécerelle s’illumina d’un petit sourire timide, elle reprend confiance et elle retourna chez elle rassurée.

Le lendemain tôt le matin, Mhend le Chacal rapporta une peau de chèvre, il l’enduit de miel et il la pose à l’entrée de son antre.
Dès qu’il entendit la crécerelle et le lièvre en partance pour le voir, il prit un bâton et il se mit à secouer la peau de chèvre, alors les mouches accrochées au miel s’enfuirent dans un bruissement bruyant bzzzzz… Alors Mhend le Chacal se tourna vers eux en disant :

« Ecoutez-les, ils sont en train de répéter la dernière sourate du Coran, dans quelques jours vous pourrez venir les chercher.

Fort de cette promesse de Mhend le Chacal, la crécerelle et le lièvre retournèrent chez eux. Quelques jours plus tard ils décidèrent d’aller chercher les petits fauconneaux. Dès qu’il les entendit arriver, Mhend le Chacal pris ses jambes à son cou, il alla se cacher dans la forêt. Ils entrèrent dans l’antre du chacal qui était vide. Ils firent le tour et trouvèrent des os entassés dans un coin.

La crécerelle s’effondra choquée par la disparition traîtresse de ses petits. Son ami le lièvre la consola autant qu’il put et il lui jura sur le champs qu’ils se vengeront de Mhend le Chacal .

Ils continuèrent ainsi jusqu’à l’approche de l’hiver. Alors le lièvre alla trouver Mhend le Chacal pour l’inviter à manger de figues fraîches dont il sait qu’il raffole :

« Viens donc que je t’emmène manger des figues fraîches dans le verger de Velajout, elles sont mûres à point ».
Le chacal rusé et méfiant n’en croit pas ses oreilles. Alors le lièvre l’emmena voir le verger.

Cependant le chacal pris la précaution de rameuter tous les chacals : « Venez manger en plein hiver, de bonnes figues fraîches dans le verger de Velajout ».

Alors, les chacals arrivèrent de toute part, l’ami le lièvre leur demanda d’attacher leurs queues aux branches du figuier en leur expliquant qu’ainsi ils pourront manger autant de figues qu’ils veulent. Ils attachèrent leurs queues et au moment où ils commencèrent à se régaler Velajout arriva avec son gros bâton et ils se mit à les frapper. Surpris ils sautèrent de l’arbre en oubliant que leurs queues étaient attachées. C’est ainsi que Mhend le Chacal devint un chacal sans queue.

Que faut il retirer comme enseignement de cette histoire : C’est de recommander aux Kabyles de préserver leurs enfants en évitant de les mettre entre de mauvaises mains. Nous les encourageons à les envoyer dans les associations kabyles et non dans les instituts et les écoles coraniques arabo islamiques qui dissolvent leurs cerveaux !

En attendant notre propre ETAT et institutions Nous comptons sur vous pour les protéger !

Sakina Ait Ahmed
Ministre de la culture
Gouvernement Provisoire Kabyle

SIWEL 140813 DEC 15

Partager ceci...