PÉKIN (SIWEL) — Le gouvernement chinois a déployé sa police en masse dans de nombreuses villes. La police a procédé à des arrestations pour empêcher des manifestations. Les Chinois avaient été appelés via l’internet dans 13 villes, dans l’esprit des soulèvements du monde « arabe ».

 

Révolution du jasmin en Chine : les autorités prennent les choses en main avant l'explosion
Un message diffusé sur le site Boxun, basé aux États-Unis a vite été relayé sur la toile chinoise, il appelait :

« Les travailleurs sans emploi et les victimes des expulsions forcées à participer à des manifestations, crier des slogans et réclamer la liberté, la démocratie et des réformes politiques pour mettre fin au parti unique ».

Les manifestants étaient appelés à crier des slogans tels « nous voulons de la nourriture », « nous voulons du travail », « nous voulons des logements » « nous voulons la justice », mais aussi « vive la liberté » ou « vive la démocratie »

Dans la capitale, pas moins de 300 policiers ont pris place dans le seul quartier commerçant de Wangfujing, lieu de ralliement annoncé par les messages internet.

L’internet et les médias étrangers ce lundi matin sont bloqués par la censure.
Le Président Hu Jintao s’est adressé aux chefs des régions, leur demandant de « résoudre les problèmes importants qui pourraient nuire à l’harmonie et à la stabilité de la société ».

btj
SIWEL 211730FEV 11

Partager ceci...