Rétrospective 2017 : Des prisonniers politiques Kabyles croupissent toujours dans les geôles de l’Algérie coloniale
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
MOUVEMENT POUR L’AUTODÉTERMINATION DE LA KABYLIE
MAK-ANAVAD
COORDINATION UNIVERSITAIRE DE TIZI-WEZZU

 

Les Kabyles ciblés par le pouvoir mafieux d’Alger

A la veille d’une nouvelle année qui se profile à l’horizon, nous observons une fois de trop l’atteinte algérienne à la liberté des citoyens Kabyles. En effet, après l’affaire du chrétien SLIMANE BOUHAFS, du blogueur MERZOUG TOUATI, du jeune MASSINISSA BENALIOUA dit LYES, voilà que l’injustice algérienne condamne encore un commerçant kabyle, MADJID AGGAD, qui n’a fait que montrer son attachement à la Kabylie, et son appartenance au mouvement souverainiste kabyle MAK-Anavad.
 
Nous rappelons que :
 
SLIMANE BOUHAFS, chrétien kabyle originaire de Sétif, a été arrêté en 2015 pour motif d’‘’atteinte au prophète et à l’islam’’ après une publication faite sur un réseau social (Facebook), il a été condamné à 5 ans de prison en première instance, puis à 3 ans de prison en deuxième instance, et a bénéficié d’une grâce présidentielle en juillet 2017 de moins de 16 mois de prison.
 
MERZOUG TOUATI, jeune blogueur de Vgayet (ex Bejaia) âgé de 29 ans, arrêté en janvier 2017 pour ‘’intelligence avec les pays étrangers’’ notamment Israël, après qu’il ait publié sur son blog « hogra.com » une interview qu’il a effectuée avec un diplomate israélien qui affirmait l’existence de relation entre l’Algérie et l’Israël jusqu’à l’an 2000. Le jeune blogueur emprisonné à Vgayet et attendant toujours son procès depuis janvier a entamé une grève de la faim depuis le 31 aout 2017… Selon la loi algérienne il risquerait jusqu’à 25 ans de prison…
 
MASSINISSA BENALIOUA, jeune comédien et artiste exerçant du théâtre, originaire d’Iferhounene (Michelet, Tizi Ouzou) a été interpellé le 29 novembre puis arrêté le 30 novembre 2017 par la gendarmerie coloniale algérienne, il a été accusé a tort « d’apologie du terrorisme » et risque selon la loi algérienne de 10 à 15 ans de prison alors qu’il a présenté toutes les preuves dictant son innocence mais il demeure injustement emprisonné car c’est un militant souverainiste du MAK-Anavad.
 
Quant à MADJID AGGAD, un commerçant de TUVIRETT (ex Bouira), il a été condamné à un an de prison ferme et 10 millions de dinars, après avoir été harcelé sans cesse par les autorités algériennes. Etant en justice pour quatre affaires différentes dont une plainte qu’il a déposé contre le terroriste repenti Kamel Chemli alias Abou Talha qui l’a agressé physiquement devant son magasin et les appels au meurtre établis par ce terroriste à l’encontre de MADJID AGGAD, une affaire qui a été classée sans suite par l’injustice algérienne. Cependant, ils n’ont pas manqué de l’interpeller quand c’était le terroriste qui a porté plainte contre MADJID AGGAD pour atteinte à sa personne ou la gendarmerie qui l’accuse d’avoir permis un rassemblement devant son magasin sans autorisation.
 
L’injustice algérienne cherche tous les moyens de l’inculper car il s’est affiché publiquement comme militant souverainiste, qui a rendu hommage au président du Gouvernement provisoire kabyle en exil, FERHAT MEHENNI, en affichant un portrait de lui sur la devanture de son magasin, ainsi que les activités pacifiques qu’il effectue pour le MAK-Anavad.
 
Notons que l’état de santé de ces citoyens kabyles injustement emprisonnés par l’Algérie coloniale s’aggrave notamment MERZOUG TOUATI en grève de la faim et SLIMANE BOUHAFS, en début de dépression et sous menace constante des autres prisonniers islamistes algériens à cause de sa confession chrétienne,…
 
Nous, la coordination universitaire MAK-Anavad de Tizi-Wezzu, dénonçons avec force cette énième violation des droits de l’Homme par le pouvoir colonial algérien et condamnons ces abus.
 
Nous appelons par ailleurs à la solidarité de tous les citoyens de Kabylie pour travailler main dans la main pour la libération de nos frères, et nous disons que seul un Etat kabyle indépendant garantira la sécurité et le bien-être de ses citoyens.
 
Le 12 janvier 2018, nous marchons pour une Kabylie indépendante mais aussi pour exiger la libération immédiate et sans conditions de nos frères injustement emprisonnés par l’Algérie coloniale.
 
Tizi Wezzu, Kabylie, le 28/12/2017
 
CUMATO (Coordination Universitaire MAK-Anavad de Tizi Wezzu)
 
SIWEL 281848 Dec 17 UTC
Partager ceci...

Laisser un commentaire