Répression coloniale : arrestation d’un jeune kabyle à cause de son t-shirt en faveur de l’indépendance de la Kabylie

BOUZEGUENE (SIWEL) — Hier, 30 juillet, soit au lendemain de la marche d’Aokas contre la répression en Kabylie, un militant de la cause kabyle a passé la journée au commissariat parce qu’il a porté, dans la rue, un t-shirt en faveur de l’indépendance de la Kabylie.

Alors qu’il se trouvait à Bouzeguene ville, ce jeune sympathisant du MAK-Anavad a été poursuivi par deux policiers. Le militant a essayé de leur échapper, en prenant une petite ruelle mais deux autres policiers l’attendaient à la sortie de la ruelle. Ils l’ont embarqué tel un criminel a-t-il témoigné.

Au commissariat colonial de Bouzeguene, les policiers lui ont retiré son t-shirt avant de lui prendre son argent pour aller lui acheter un autre t-shirt. Ils l’ont longuement interrogé sur la provenance du t-shirt.

Les militants du MAK-Anavad de la région de Bouzeguene ont été informés de cette arrestation et se sont dépêchés au commissariat colonial, où deux d’entre eux, Yasin et Caεvan, sont entrés pour exiger la libération du sympathisant arrêté. Yacine a alors déclaré aux policiers que c’est lui-même qui a donné le t-shirt au militant qui est resté dans le commissariat de 13h à 17h30.  Le jeune sympathisant, dont le crime a été d’arborer un t-shirt en faveur de ses idées, a été alors libéré. Quant à Yacine et Caεvan, ils ont subi un long interrogatoire et se sont vu rédiger des PV qu’ils ont refusé de signer.

Pour rappel, au mois d’Avril dernier, 3 étudiants (dont 2 étudiantes) ont été arrêtées pour avoir porté un t-shirt sur lequel était inscrit « Je suis Kabyle ». Les deux filles avaient alors été isolées dans une chambre du commissariat central de Tizi Wezzu et une policière les a forcé à se déshabiller.

Le régime algérien, qui ne connait que le langage de la répression, ne semble pas prêt à changer sa nature coloniale en Kabylie. Colonial a-t-il été conçu, colonial il restera.

nbb
SIWEL 261555 Jul 17 UTC

Partager ceci...