Coordinations MAK-Anavad

Répression à Iɛeẓẓugen : déclaration de la Coordination locale du MAK-Anavad

GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
MOUVEMENT POUR L’AUTODÉTERMINATION DE LA KABYLIE
MAK-ANAVAD
COORDINATION LOCALE D’IƐEẒẒUGEN

DÉCLARATION

Ffeɣ ayajrad tamurt-iw
“Rien ne peut arrêter l’idée dont l’heure est venue.” V.Hugo.

Bien avant le jour du rassemblement prévu pour le 14 juin à 11h, l’état criminel, fidèle à ses pratiques sournoises, charge un imam salafiste pour un prêche du vendredi au service de la discorde (fitna) en manœuvrant pour semer l’intox dans la société, et ce en accusant les militants du MAK-Anavad d’appeler à une manifestation de « déjeuneurs ».

Pendant la campagne d’affichage, l’état colonial charge la police politique de réprimer la dite action, en interpellant et séquestrant quatre militants pendant plusieurs heures, ce qui est illégal.

Le jour du rassemblement, un impressionnant dispositif de (in)sécurité placé à l’intérieur et aux alentours d’Iεeẓẓugen. Déjà à neuf heure du matin on commence la fouille et les interpellations des citoyens dans le but de les empêcher à rejoindre la place des 128 martyres qui est clôturée la veille.

Malgré ces pratiques anti-démocratiques et illégales d’un autre temps, les manifestants sont parvenus à se rassembler sur la place baptisé Kamel Irchane et des prises de parole se succèdent pendant presque une heure sous le regard des services de (in)sécurité qui venaient d’arriver.

L’ordre est donné pour réprimer et agresser avec une brutalité sauvage nourrie de tirs de balles en caoutchouc. Des policiers zélés obéissent aveuglement au régime politique colonial sans normes ni éthique et d’une manière agressive arrêtent des manifestantes et manifestants pacifiques dont Rachida Ider, la présidente de la coordination MAK-Anavad Ouest.

Enfin, nous n’attendons rien d’un état qui ne se soucie guère des conséquences d’une bousculade pour une femme de 80 ans, en l’occurrence Nna Nouara, qui s’est écroulée par terre.

Des manifestantes et manifestants se mobilisent et organisent toute la journée un sit-in devant le commissariat pour exiger la libération des manifestants séquestrés. Ainsi vers 15 heure, profitant de la baisse de vigilance des services de répression, une action géniale de dépôt de gerbes de fleurs sur les lieux où sont tombés les martyres a été réussie.

A 18H30 les manifestantes et manifestants séquestrés sont libérés.

L’état colonial qui se nourrit uniquement de violence qu’il produit lui-même, endosse l’entière responsabilité quant à cette agression.

Nous sommes sortis, individuellement et collectivement, grandis et renforcés dans notre détermination suite à l’agression et la violence sauvage commise pas les forces d’occupation sur les militants du MAK-Anavad pour réprimer une manifestation pacifique et commémorative aux Kabyles assassinés par un pouvoir algérien, depuis toujours anti-kabyle.

Nous remercions les militantes, militants et sympathisants souverainistes Kabyles d’avoir répondu à l’appel de la dignité, de la fierté et de l’espoir.

Le 15 Juin 2017,
La Coordination MAK-Anavad d’Iɛeẓẓugen

SIWEL 152249 Jun 17 UTC

Partager ceci...
Répression à Iɛeẓẓugen : déclaration de la Coordination locale du MAK-Anavad
Click to comment

Commenter cette publication...

Haut