RENTABILISONS LA MORT

TAMURT TAQVAYLIT (SIWEL) — Dans l’antiquité,  pour s’instruire, ceux qui n’ont pas d’argent vont aux cimetières. Les pierres tombales des cimetières antiques étaient de véritables pages  littéraires et philosophiques.

Le cimetière du Céramique d’Athènes et les Catacombes de Rome étaient considérés comme des sentiers de savoir. Les sépultures de riches, en marbre, conservent encore des inscriptions débordant de sagesse et de génie.

Une très bonne idée pour nos villages qui sont sans bibliothèques et sans écoles de kabyle et en kabyle. Nos poètes et nos écrivains,  comme leurs homologues de l’antiquité, doivent louer leurs services aux familles qui souhaitent orner de citations ou de poèmes les tombes de leurs défunts. Un marché funéraire à exploiter.

Un projet qui fera de nos cimetières des lieux de vie et de leurs occupants des éternels.  Je vous propose quatre poèmes que j’ai adaptés. Le premier nous vient du cimetière d’Athènes et les trois autres des Catacombes de Rome :

Ay akal, ifsus ɣef (isem n winna yemmuten), aṭas i yeεteb fell-ak, imegel-ik, ikerz-ik, izerε-ik, isewwi-ik… ha-tt-aya tefsut, ad ak-tdel s ijeǧǧigen. Ijeǧǧigen  yeẓẓa ufus-is. 

Ay amesbrid
Nekkini isem-iw …..
I keč isem-ik ?
Ur d-qqar ara
Anda akka lliɣ
Ur selleɣ ara
Bɣiɣ kan ad ad ak-iniɣ
Ma yella kra ad ak-d-nnan fell-i
Widak yeddren
Ur ttamen yiwen
Ama d wid iyi-ḥemmlen
Ama d wid iyi-kerhen.

A winna d-yuggran deffir-i
Kečč i yeqqimen ɣef uẓekka-w
Akken ad ttesiẓneḍ i yiṭij
Fudeɣ
Ifud wakal-iw
Azzel awi-d ixef n tejnant
Zzut sennig uqerruy-iw.

Ay amesbrid
Ečč ussan-ik
Uqbel ad ak-ččen

Nb : il suffit que les comités de villages votent des lois  obligeant les villageois à écrire en kabyle sur les tombes de leurs défunts pour faire de nos cimetières des hauts lieux de culture. 

Taqbaylit ad tt-nerni. Rnu ad nuɣal ur nettagad ara lmut.

Romain Caesar
SIWEL 141220 JAN 21

Partager ceci...