MONTREAL (SIWEL) — Dans un message adressé à notre rédaction, le ministère kabyle des Droits humains a rappelé sa solidarité à l’égard de tous ceux qui subissent des exactions de la part du pouvoir algérien. Il insiste sur le fait qu’en ce qui concerne la défense des militants du MAK, le ministère des Droits humains estime qu’il faut travailler au quotidien et dans la continuité pour être dans l’action et la réaction. Ci-dessous la déclaration de la commission des Droits humains.

 

En cette journée des droits de l’homme, le ministère des droits humains au sein de l’Anavad a pris part au rassemblent tenu à Montréal pour exiger la libération des détenus politiques Kamel Eddine Fekhar et ses codétenus, de Slimane Bouhafs et tous les militants de la démocratie.

Nous tenons à dénoncer et à condamner les atteintes aux droits humains dans l’ensemble de Tamazgha, et particulièrement les exactions que les militants indépendantistes kabyles subissent au quotidien.

Le pouvoir mafieux d’Alger est coutumier de ce type d’agissement, qui est son essence et sa nature même. Chaque jour a son lot de victimes.
Nous rappelons que l’Algérie est signataire des conventions internationales relatives aux droits humains, lesquels droits n’ont jamais été respectés.

Nous voudrions en cette journée insister sur la nécessité de travailler au quotidien pour s’inscrire dans la continuité et dans l’action et non dans la réaction.
Pour cela, le ministère kabyle des droits humains vise à mettre en place des commissions en Amérique du Nord, en Kabylie et en Europe pour mener un travail de fond dont l’objectif ultime est de mettre fin aux répressions, aux sabotages, à la dénaturation des valeurs ancestrales de tolérance, de démocratie et de laïcité. Mais aussi, venir en aide aux victimes et à leurs familles.

Commission des Droits humains
SIWEL 102300 DEC 16
Partager ceci...