Présidentielle algérienne : Pour Ferhat Mehenni, « Ulac lvuṭ ulac » en Kabylie
ⴰⵏⴰⵠⴰⴷ ⴰⵇⵠⴰⵢⵍⵉ ⵓⵄⴺⵉⵍ
ANAVAD AQVAYLI UΣḌIL
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA
PRESIDENTIELLE ALGERIENNE
DECLARATION DE FERHAT MEHENNI

 

La présidentielle colonialiste algérienne de 2019 tourne au cirque et amuse le grand public autant qu’elle inquiète les capitales occidentales et les pays voisins. Les indigestes lettres-messages de Bouteflika adressées aux « Algériens », les clowneries de Nekkaz et les vaines tentatives des collaborateurs de Ghediri à donner une stature politique à leur candidat militaire, n’augurent rien de bon, pour le moment.

Entre-temps, on oublie les exactions militaro-policières qui se multiplient en Kabylie et sur lesquelles tout le monde se tait. A Tizi-Bucen (ex Tizi-Bouchene), des dizaines de militaires en civil, sortant de leurs caserne récemment implantée là, s’y rendent régulièrement ces derniers jours dans l’intention d’y commettre des viols.

Les assemmblées des villages environnants doivent organiser des marches pour dénoncer énergiquement ces raids et exiger du maire d’Iɛeẓẓugen (ex Azazga) à ce qu’il intervienne immédiatement auprès des officiers de la hiérarchie militaire coloniale pour arrêter ces menées sauvages, attentatoires à la dignité de nos villages et de nos familles.

SI le silence prévaut sur elles, un bain de sang n’est pas à écarter, surtout en cette période électorale si trouble où les amateurs du chaos cherchent à entrainer la Kabylie dans une spirale de la violence pour les intérêts des clans qui se disputent le pouvoir au sommet de l’Etat

A Aqvu (ex Akbou), un père et son fils sont passés à tabac par les forces d’occupation pour avoir trouvé en leur possession un drapeau kabyle.

Or, quel que soit l’écœurement de certains citoyens kabyles devant la candidature, d’un homme en fin de vie, au pouvoir depuis 20 ans, descendre dans la rue n’a de sens que si c’est pour l’indépendance de la Kabylie et avec des drapeaux kabyles.

Devant tous les périls qui guettent actuellement le peuple kabyle, au nom du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) et du Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad), je tiens à assurer chacune et chacun de mes compatriotes Kabyles de mon indéfectible soutien. Je vous conseille aussi de mettre sur pied, sans plus tarder, des comités de vigilance et de solidarité inter-villageoise pour assurer la sécurité de tous, comme le faisaient jadis nos aïeux.

Les militaires et les policiers algériens d’un ordre colonial qui est en train de s’écrouler n’ont pas le droit de commettre des exactions en pays kabyle.

Dans tous les cas, la seule solution pour ne plus faire partie du ridicule algérien, reste l’indépendance de la Kabylie.

Ulac lvuṭ ulac

Exil, le 04 mars 2019

M. Ferhat Mehenni
Président du Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad) et Candidat du boycott de la présidentielle colonialiste algérienne

—30—

SIWEL 041530 MAR 19

Partager ceci...