Comment le pouvoir algérien manipule Tamazight pour contrer le MAK-Anavad
ANAVAD AQVAYLI UΣḌIL
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA
PORTE-PAROLAT

Entre le drapeau national kabyle et le drapeau fédéral amazigh, la langue kabyle et la langue tamazight, il y’a une continuité historique

En ce moment, même ceux qui ont cru à l’officialisation de seconde zone de tamazight, à les entendre s’exprimer ici et là sur les chaînes kabyles qui leur donne l’antenne, se rendent à l’évidence qu’il s’agit d’un leurre, d’un gros mensonge et d’une énième manipulation du pouvoir algérien, dont le but est juste de gagner du temps.

Chaque jour qui passe, le pouvoir algérien est perturbé par l’avènement du drapeau et de l’hymne national kabyles et les nombreux succès diplomatiques du MAK-Anavad à l’international, notamment le dépôt du Mémorandum à l’ONU qui ont pour effet d’accélérer l’adhésion massive des kabyles à l’idée de l’indépendance,

Les clans au pouvoir, pour des raisons de survie de leur système dictatorial et mafieux et ne sachant plus où donner de la tête, ressortent leurs vieilles recettes éculées de la répression et de la division.

Une fois encore, ils tentent de manoeuvrer pour essayer de rejouer les Archs, les MCB , cette fois en opposant Taqvaylit à Tamazight, sachant que toutes les langues qui en découlent, sont de nos jours, des langues vivantes de communication au sein des communautés qui constituent chacune un peuple, une nation.
Ces langues vivantes diverses, sont le produit historique de la langue mère Tamazight qui à travers les siècles de résistance aux vicissitudes de l’Histoire porteuse des divers fléaux et invasions extérieures, à l’exemple du latin d’où découlent les langues comme l’italien, l’espagnol ou encore le français, ces deux langues mères, le latin et tamazight ne sont plus d’un usage au quotidien .

En soutien à notre jeunesse qui brandit partout des pancartes « Ddwa-s ad ncereg tamurt », ou les jeunes enfants des écoles primaires qui ont en assez de l’arabisation forcée au détriment de leur langue maternelle ont martelé « taqvaylit ad t nɣer, taɛravt ad t nḍegger », nous ne pouvons qu’entendre et porter leurs revendications.

Comment ce pouvoir, essaye aussi de nous diviser en distillant l’idée d’une opposition factice entre le drapeau fédéral amazigh qui regroupe les nations amazighes et le drapeau national kabyle, sachant que chaque nation a son propre drapeau .

La langue tamazight et le drapeau amazigh sont à conserver comme une référence ancestrale dans notre mémoire collective, personne n’a le droit de s’en servir comme un moyen de division.

Contrairement aux années précédentes, aujourd’hui nous avons une structure organisée, le MAK-Anavad, qui donne un sens politique à notre combat, notre drapeau kabyle qui doit être massivement présent partout.

Il est urgent de sortir définitivement des errances et de la désorganisation du passé, dont le pouvoir algérien sait à chaque fois, habilement en jouer et profiter, en convoquant telle ou telle personne pour négocier avec à la clé aucun résultat concret, juste des reculs considérables et l’idée fixe du pouvoir et de ses divers alliés, de notre disparition programmée.

Car ne pas donner un sens politique à ce magnifique mouvement c’est se mettre volontairement dans une impasse et c’est cela que recherche ce pouvoir diviseur et que nous devons dépasser, tous unis dans la même barque sans laisser la moindre faille ou interstice dans laquelle il pourrait s’immiscer, se glisser pour nous opposer. Il faut juste continuer d’avancer, de croire en nous et en nos capacités multiples et notre force inébranlable jusqu’à la victoire finale.

Exil, le 15/12/2017

Masa Sakina At Sliman
Porte-parole
Gouvernement provisoire kabyle en exil (Anavad)

SIWEL 150038 Dec 17 UTC

Partager ceci...

Laisser un commentaire