Pour contrer le drapeau kabyle, Medouha se pare de drapeaux algériens

KABYLE (SIWEL) — Ayant décidé d’agresser et de violenter physiquement les militantes Kabyles qui oseraient brandir le drapeau de la Kabylie comme ce fut le cas récemment avec l’épisode d’agression par un agent de « sécurité » d’une militante du MAK ayant brandi les couleurs kabyles lors d’un gala, les responsables de la résidence universitaires Filles de Medouha ont opté cette fois-ci et pour la première fois à la décoration de la scène des festivités à l’aide de drapeaux algériensn qui, rappelons-le a été dessiné par la maîtresse de Messali Lhadj, Emilie Busquant, symbolisant bien évidemment l’arabo-islamité dans laquelle ne s’identifie absolument pas la Kabylie kabyle et laïque.

Des témoins sur place nous ont confié qu’il ne s’agit pas d’un geste spontané étant donné que c’est pour la première fois qu’on assiste à une scène décorée avec autant de drapeaux algériens, cela révèle, à plus d’un titre, la panique des autorités coloniales algériennes devant la montée en force du nationalisme Kabyle. Elles croient, indûment, qu’avec la violence et le chantage, qu’on exerce sur des militantes Kabyles, pouvoir étouffer ou plus au moins dissuader les étudiantes de s’engager dans les actions et les manifestations en vue de l’indépendance du peuple Kabyle.

Les militantes se trouvant dans ladite résidence ont déclaré être en mesure de mettre un plan de travail plus efficace et plus fondé pour déjouer les plans diaboliques contre la dignité et l’honneur de la Kabylie, car comme à l’accoutumée, la répression coloniale ne fait que renforcer la détermination des militants souverainistes kabyles.

Quels que soient la connivence et complaisance de l’administration zélée de cette résidence avec les oppresseurs d’Alger, « nous n’allons pas abdiquer, nous continuerons à porter le flambeau de la résistance de notre peuple. La tâche est certainement ardue, mais tant que notre passion est la détermination, nous résisterons jusqu’à transformer le flambeau de la lutte en celui de liberté et d’indépendance avec et pour notre peuple » a clamé une cadre de la coordination universitaire du MAK-Anavad de Tizi-Wezzu.

nn/wbw
SIWEL 140200 FEV 18

Partager ceci...

Laisser un commentaire