QUEBEC (SIWEL) — Le Premier ministre kabyle, Mas Lhacène Ziani, a animé hier samedi 26 novembre une conférence dans la ville de Québec sur les projets de l’Anavad et est revenu principalement sur le Projet de parlement Kabyle dont il a détaillé l’avancement afin de recueillir par la suite le retours des nombreux participants. Le premier ministre a ainsi expliqué qu’il fera en sorte que chaque kabyle qui le désire puisse apporter sa vision et s’exprimer dans le cadre de ce projet d’édification d’un parlement kabyle. Samedi prochain, le Premier Ministre kabyle animera une nouvelle conférence à Philadelphie.

 

Il y a lieu de signaler que la majorité des participants sont des citoyens Kabyles de différentes visions politiques, ce qui a créé lors de la séance de débat une dynamique riche dans son contenu.

À l’ouverture, le conférencier, Mass Lhacène Ziani a fait un résumé sur la situation en Kabylie et sur les nouvelles restructurations du MAK-Anavad Amérique du Nord en passant du modèle de sections MAK vers le modèle de gestion par projet en commissions. Ce modèle se spécifie par la désignation de différentes commissions de réalisation où chacune est composée de plusieurs militants qui travaillent sur un ou plusieurs projets en relation avec les ministres de l’Anavad et des coordinations du MAK en Kabylie. Le Premier ministre a mentionné que tous les projets sont classés par ordre de priorité selon les intérêts du terrain en Kabylie. Les militants de la diaspora, travaillent pour la réalisation de projets pour les intérêts communs des Kabyles en général et seront réalisés spécifiquement en Kabylie. La phase du folklore est terminée pour laisser place aux actions concrètes sur le terrain pour avancer la cause Kabyle et les intérêts de notre pays.

Pour l’année à venir, les principaux projets prioritaires sont : Le parlement, l’académie de la langue Kabyle, les statistiques, la cartographie de la Kabylie, le fonds de souveraineté (solidarité) par la mise en place d’une institution financière et la télévision Kabyle. En outre, plusieurs projets sont aussi en cours. Entre autres, la protection de l’environnement, la formation des groupes de vigilance. De même, les portes sont toujours ouvertes pour les nouvelles idées porteuses de nouveaux projets.

Lors du débat, le docteur Mohand Arab Boussaid a soulevé la nécessité d’ajouter aussi le projet portant sur la santé. Suite à un débat riche, Mass Ziani, a proposé au Docteur Boussaid de composer son équipe et de prendre en charge ce beau projet. Le Premier ministre salue ce genre d’initiative et il encourage tous ceux qui ont des idées et des projets ayant intérêt pour la Kabylie d’approcher l’Anavad ou les militants du MAK, proposer leur projet et de prendre la charge de former leurs équipes et prendre en charge le projet proposé. Le Premier ministre a mentionné que les moments de dire : « Il faut ça, il faut cela » sans engagement par actions est présentement révolu. Celui qui a des idées, il a qu’à former son équipe et à se mettre au travail, peu importe qu’il soit du MAK ou pas du MAK, la Kabylie avant tout. On est dans la phase des actions et de la réalisation. Les débats et les discussions sont nécessaires, mais les actions sont encore mieux.

Projet du Parlement Kabyle

Ce thème a pris plus de temps et le débat était encore plus riche. Toutes les questions posées sont très pertinentes et à la hauteur du sujet.
Mas Lhacène Ziani a notamment déclaré :

« Pour sauver notre identité, notre culture et notre existence en tant que nation, on doit créer une sorte de tajmaat qui transcende les étendues géographiques de nos villages et les clivages politiques.
Notre salut sera la cohésion de tous les kabyles autour de TAQVAYLIT émergée de la profondeur de notre mode d’organisation ancestral qui est appelé aujourd’hui à se moderniser aux tendances de notre époque.
Pour concrétiser le rêve de liberté de la Kabylie, la mise en place d’une structure plus globale (qu’on peut appeler parlement, assemblée nationale ou autre) doit être imminente. Nous avons trop attendu pour unir nos forces et bâtir ce rêve. »

Mass Lhacène Ziani a expliqué les grandes lignes du projet et il a axé beaucoup sur le rôle des groupes de réflexion et leur participation démocratique en exprimant leurs points de vue, leur vision ainsi que leurs propositions pour la mise en place d’une structure globale pour la Kabylie. En résumé, il a passé sur les grandes lignes citées dans la feuille de route du projet à savoir :

La démarche

Le débat autour du projet « parlement kabyle » est une consultation populaire profondément démocratique. Les Kabyles, à travers cette démarche, se donnent l’opportunité de réfléchir sur la meilleure manière de se doter d’une structure efficace et légitime qui les représentera en tant que peuple et les encadrera en tant que société.

Participation

Les citoyens kabyles de tout âges, de toutes professions, hommes ou femmes au pays et de la diaspora seront parties prenantes à ce débat pour exprimer leurs visions du futur parlement.
En se structurant en groupes de réflexion à l’échelon des lieux de résidence (village, ville, quartier, cité universitaire, etc.) de sorte à faciliter les échanges d’opinions et stimuler la participation. Cependant, nous encourageons toute initiative visant à alimenter et à enrichir ce débat par l’entremise d’émissions TV, de productions médiatiques diverses, d’interventions sur les réseaux sociaux, de conférences et autres moyens de communication.

Rapports de réflexions

En ce qui concerne les rapports de réflexion, ils seront publiés sur le site web dédié au projet du parlement selon la volonté de chaque groupe. Un rapport ne peut être publié que lorsque le groupe propriétaire décide de le rendre public. Des pré-congrès régionaux prendront part pour faire sortir les synthèses, et finalement un congrès national se tiendra en Kabylie. Ce dernier procèdera, d’une part, à l’élaboration du rapport final qui fera état de l’ensemble des résolutions soit, la mission du parlement, son fonctionnement ainsi que le mode de désignation des représentants et les modalités de mise en place du futur parlement et d’autre part, à la mise sur pied d’une commission chargée de concrétiser le Parlement.

Exemples de sujets de réflexion :

1- La nécessité de mettre en place un parlement
1- Combler l’absence de concertation actuelle ;
2- Rassembler les énergies ;
3- Généraliser la solidarité et la démocratie villageoise à un échelon plus global ;
4- Se hisser à un niveau de gestion moderne de la nation ;
5- Assurer la relève.

2- La mission du futur parlement
1- Élaboration d’une constitution ;
2- Initiation de projets ;
3- Dotation des instances de gouvernance.

3- Le fonctionnement du futur parlement
1- Organisation ;
2- Administration ;
3- Financement ;
4- Communication.

4- Le mode de désignation des représentants du futur parlement
1- Choix du mode de scrutin ou de désignation (Par Aarch, Région,…) ;
2- Détermination des qualités d’un représentant.

5- Les modalités mise en place du futur parlement
1- Organisation du déroulement de l’opération ;
2- Planification des moyens.

6- La préparation du congrès national
1- Déroulement des congrès régionaux et du congrès national,
2- Rassemblement des moyens.

Par la suite, il y a eu lieu un débat riche et pertinent dans la globalité de son contenu.

Belkacem Ouarab
SIWEL 272350 NOV 16

Partager ceci...