Ou quand le pouvoir algérien et les terroristes islamistes sont comme cul et chemise. Chronique de Menal At Qasi

« Il est vrai que le chameau ne voit pas sa propre bosse »

CHRONIQUE (SIWEL) — Ainsi « Agujil Bawal » [l’orphelin du mot] comme l’appelait le grand Matoub Lounès, assassiné par le pouvoir colonial algérien, auquel cet individu premier ministre algérien de son état actuellement fait allégeance, a de nouveau déversé son venin et son fiel sur le MAK-Anavad, ce mouvement qui lutte pacifiquement pour l’indépendance de la Kabylie.

Ainsi, Agujil Bawal, l’orphelin de l’honneur et de la dignité, ajouterons-nous, renié par sa propre famille et haï par ses propres lascars de la mangeoire où il broute depuis bientôt quarante et un ans, s’en est pris une nouvelle fois au MAK-Anavad, né des suite des événements du Printemps noir de 2001 qui a vu la soldatesque algérienne assassiner à balles explosives 127 jeunes kabyles.

De l’insulte, de la magouille, de la corruption, des coups fourrés, de la barbouzerie et du crime politique, il a de qui tenir cet « Agujil Bawal », lui qui a fait ses premières armes depuis 1977 et qui a appris les bonnes leçons de la « voyoucratie » auprès de son mentor le dictateur Boukharouba alias Boumediene, l’ennemi des Kabyles qui a fait disparaître, torturé et poussé à l’exil tant de Kabyles et même d’algériens.

Ainsi cet individu, qui a passé toute sa vie dans la fange nauséabonde du crime et de l’arnaque, raillé et insulté par tous les algériens et les Kabyles et même par les gouvernements occidentaux à qui on ne la fait pas tant ils savent à quelle bête immonde ils ont à faire, est sorti début janvier de son trou de vipère pour appeler les Kabyles à chasser et briser les militants du MAK-Anavad.

Dans le but pense-il dans sa haine des Kabyles qui le rejettent et dont il fait un rejet tant ils lui renvoient l’image de sa trahison, il tente de les diviser en provoquant une guerre civile entre Kabyles.

Cette guerre, espère-t-il en son for intérieur, qui ne se cantonnera qu’à la Kabylie, réglant ainsi la problématique indépendantiste posée par le MAK-Anavad.

En place et lieu de penser à une solution politique et de s’asseoir à la table des négociations devant l’ONU et ce dans la paix, cet individu et sa smala de voyous qui l’ont poussé à fomenter des troubles en Kabylie et à vouloir faire couler, encore une fois le sang des Kabyles, joue au diable et à la manipulation indigne d’un homme d’état qu’il s’estime être.

Ainsi a-t-il oublié les manipulations politiques de l’intégrisme islamiste et de l’idéologie arabo islamique des années 90 afin de dévoyer le processus démocratique né de la suite des évènements de l’année 1988 ?

Ces manipulations infâmes qui ont mené ce pays appelé « Algérie » dans un processus meurtrier catastrophique où personne ne savait plus « qui tue qui » tant l’implication des services occultes de l’armée se sont mêlés à ce carnage.

Cette boucherie rappelons-le a couté la vie à plus de 250 000 personnes et fait plus de 30 00 disparus sans oublier le traumatisme d’un peuple qui vient juste de sortir de la nuit coloniale.

Ainsi cet individu, qui traine dans un système de voyous, dixit, ses anciens collègues ministres en quête d’une nouvelle virginité politique, veut récidiver afin de replonger sans aucune vergogne, aucune scrupule et sans honte la Kabylie dans bain de sang.
Est-il assoiffé à ce point de pouvoir et de sang ?

Ainsi prétend-t-il que 99% de Kabyles ne partagent pas l’option indépendantiste.
Ces propos démontrent s’il en est que cet individu qui se dit homme d’état, parle comme un voyou, sachant qu’un homme politique digne de ce nom ne peut avancer un chiffre ou élaborer une politique quel qu’en soit le domaine sans avoir procédé à une étude statistique et particulièrement dans ce cas d’espèce.

Au fait depuis ce condamnable appel où sont ces 99% dont il avance le chiffre ? Aucun d’entre eux n’est descendu dans la rue pour se manifester.

Ainsi tout comme ils ont géré ce pays à l’aveugle et à la petite semaine, ce représentant de la voyoucratie espère allumer le feu de la guerre civile, pour se poser ensuite en sauveur après des centaines de milliers de morts, comme ils l’ont fait à la fin des années 90 en amnistiant tous les criminels et en emprisonnant ou exilant toute voix qui s’oppose à cette pseudo réconciliation.

Pris dans la panique et la frayeur totale, de devoir se retirer de la Kabylie, ce représentant du malheur et de l’obscurantisme qu’ils ont érigés en politique pour ce pays ruiné par la corruption et l’anarchie, veut minorer et amoindrir l’option indépendantiste qui a gagné et qui continue de toucher de larges parties de l’opinion Kabyle et ce malgré les fausses accusations de complicité avec l’étranger, la fameuse « main étrangère ».

Au demeurant, logique des logiques, comment le MAK-Anavad peut-il trahir ce pays appelé « Algérie » qui ne lui appartient pas et dont il n’est pas citoyen ?

N’en déplaise à ces voyous, toutes les marches et manifestations de rues, initiées par le MAK-Anavad et ce depuis plusieurs années prouvent à vue d’oeil une augmentation exponentielle du nombre de Kabyles qui épousent et adhèrent à l’option indépendantiste malgré le copiage et la mise en place du (« plan Challe » du nom ce général colonial qui a encerclé et assiégé la Kabylie) et ce afin d’empêcher les Kabyles de rejoindre les points de départ des manifestations.

À ce propos, le MAK-Anavad fera une démonstration de sa force politique tranquille et pacifique ce 12 janvier à l’occasion de la fête de Yennayer que le MAK-Anavad a décrété férié depuis cinq ans.

De la « main étrangère » dont ces voyous accusent au passage Siwel, parlons-en « aya Goujil Bawal ».

Qui a ruiné ce pays ?

Qui a dilapidé plus de 1 000 milliards de dollars en 10 ans, siphonnés par le vol et la corruption ?

Qui a divisé ce pays régions par région, ethnie par ethnie et même rite religieux par rite religieux (salafiste, ibadite, ahmadite, karkaria, chiite ) pour mieux diviser afin de régner sans rendre de compte à personne et se présenter comme les auteurs de la stabilité et de l’unité ?

Qui a mis les ressources naturelles et minières de ce pays entre les mains des groupes étrangers ?

Qui permet à des groupes de chasseurs venus des pays du Golfe pour décimer avec des armes de guerre la faune du sud du pays en voie de disparition et pourtant classée patrimoine de l’humanité ?

Qui est incompétent et irresponsable et ce, sans qu’aucun personnage maléfiques de ce système n’assume sa responsabilité dans le massacre économique de ce pays appelé « Algérie » ?

Qui a promu et érigé le vol et la corruption en système au point que cette dernière gangrène et déteigne sur une partie du peuple ?

Qui a porté atteinte à l’image, à l’éthique et à la morale de ce pays en violant sa propre signature et les conventions internationales en matière de Droits Humains, des Droits de l’homme, du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, et même de sa Constitution traitée comme un torchon ?

Qui a fait que ce pays soit classé dernier dans tous les domaines, l’affaiblissant, pour devenir la proie du chantage de tous ceux des pays puissants auxquels ces voyous ouvrent tous les marchés de peur et de craintes qu’on leur demande de s’expliquer sur ces violations récurrentes du droit international ?

La liste de vos méfaits est aussi, sinon plus longue que la longévité catastrophique de votre présence à la tête de ce pays qui malgré ses richesses humaines et ethniques… est un pays PAUVRE, objet de railleries de par le monde, un pays rendu MORT, qu’on devrait appeler désormais « Dommage » tant il aurait pu être un exemple de réussite.

Rappelons que cet « Agujil Bawal » a perdu de son arrogance et de sa suffisance ainsi que de celle des voyous dont il est l’esclave, lorsque les saoudiens, leur ont intimé l’ordre de présenter leurs plates excuses à cause d’un « Tifo » brandi par des gamins lors d’un match de football au grand dam des algériens à qui il reste apparemment un peu d’indignité.

Les Kabyles ne font pas de l’ingérence politique dans les affaires intérieures de ce pays déjà ruiné et n’ont pas vocation à tirer sur les ambulances.
Cela est une affaire strictement algéro-algérienne.

Cet individu pourtant d’origine Kabyle, a-t-il à ce point oublié que le peuple Kabyle est un peuple millénaire issu d’une grande grande culture et d’une grande civilisation qui n’a jamais dans sa grande Histoire agressé un autre peuple.

Les Kabyles luttent pacifiquement et avec intelligence pour arracher leur indépendance afin de bâtir un pays moderne, laïc, démocratique ouvert sur le monde et l’universalité.

Mais il est vrai que le chameau ne voit pas sa bosse et tous les maux de cette « Algérie » sont attribués aux autres et non à ses voyous au pouvoir.

Sur la photo de couverture :

Ouyahia, premier ministre algérien, recevant Madani Mezrag, l’ancien chef de l’Armée islamique du Salut (AIS) et ancien dirigeant du FIS dissous…

Djamel Ould Abba, secrétaire général du FLN en compagnie d’Abdelhak Layada, dit Abou Adlane, l’un des fondateurs du « Groupe islamique armé » (GIA), responsable notamment de l’assassinat des sept moines de Tibehirine. Ce tristement célèbre terroriste sanguinaire a été amnistié par le pouvoir colonial algérien.

Addendum :

Sur la photo ci-dessous, on voit le même terroriste « repenti » Abdelhak Layada aux cotés du « Patrons des patrons » (sic) algériens, l’illettré Ali Haddad…

Ci-dessous, le même Abdelhak Layada, fondateur du « Groupe islamique armé » (GIA), aux coté d’Ali Belhadj, le cofondateur, avec Abbassi Madani, du Front islamique du salut (FIS).

CQFD !

Menal At Qasi

SIWEL 071400 FEV 18

Partager ceci...

Laisser un commentaire