Ostracisme culturel et éducationnel, la Kabylie face à son avenir miséreux dans une « Algérie » coloniale moribonde

CHRONIQUE (SIWEL) — Cet ostracisme culturel et éducationnel est pire que le sabotage économique que subit la Kabylie. Il est porteur de misère intellectuelle, de régression sociale et civilisationnelle, sources de tous les maux et fléaux sociaux.

La rentrée scolaire 2018/2019 en Kabylie occupée s’est faite sous le signe du choléra et du retour de la rougeole, comme d’ailleurs dans le reste de « Algérie » coloniale.

En Kabylie, le choléra n’est pas seulement cette épidémie qui touche à la santé des gens mais elle est aussi, dans une métaphore, ce fléau social qui touche tout le système d’enseignement de ce pays appelé « Algérie » et qui n’en finit pas de glisser dans un puit sans fond.

Parler d’un système éducatif algérien est exagéré dans ce pays du bricolage qui produit plus d’échecs scolaires et éducationnels que de futurs individus aptes à s’insérer dans la vie professionnelle.

La Kabylie occupée est entrainée dans ce maelström à son corps défendant. Elle est non seulement pénalisée de voir ses enfants subir un enseignement dans une langue arabe imposée, quasi morte, qui ne prépare l’individu ni à une ouverture sur la modernité et l’universalité ni à des études scientifiques dont l’essentiel se fait en langue anglaise ou en des langues modernes plus à même d’appréhender le savoir scientifique, technologique et autres…

La Kabylie occupée est pénalisée sur tous les points, même sur celui de pouvoir apprendre et enseigner dans sa propre langue, le Kabyle, Taqvaylit. À cette dictature imposée dans les choix scolaires, la Kabylie en plus de la négation de sa langue subit le sabotage culturel et éducationnel.
À ce sujet, il faut relever un point important et souligner l’absence en Kabylie d’annexes de l’Institut Français, IF, anciennement appelés Centre Culturels Français et d’Écoles Françaises.

Les deux antennes qui existaient en Kabylie, dans les villes de Vgayet (Bougie) et de Tizi Wezzu (Tizi Ouzou) sont fermées depuis 1995 pour cause de terrorisme arabo islamique, au demeurant fabriqué, importé, utilisé et manipulé par ce même pouvoir colonial, et n’ont jamais été rouvertes depuis.
L’actuel ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt, déjà en poste dans ce pays, entre août 2008 et avril 2012 n’a-t-il pas tenté en vain de rouvrir l’IF de Tizi Wezzu ?

Lors de la cérémonie de départ organisée en son honneur le 25 avril 2012 à l’ambassade de France à Alger, il a exprimé son sentiment d’échec : « Un dossier que je regrette ne pas mener à bout, c’est la réouverture du centre culturel de Tizi-Ouzou. Nous avons un projet architectural, un projet administratif dont j’espérais poser la première pierre en été qui permettra l’installation dans cette ville d’une antenne de l’Institut français pour répondre à la demande locale »*.

Le pouvoir colonial algérien a refusé sa réouverture pour de pseudo raisons de sécurité quand les antennes des autres villes, Oran, Annaba, Constantine et … Tlemcen (fief de Bouteflika) sont réouvertes…

Rappelons que les 143 Instituts Français à l’étranger sont les vitrines de la France et particulièrement de sa culture et de sa langue dans le monde. Outre l’enseignement et l’apprentissage de la langue Française et la préparation des étudiants aux tests de la langue française, ces instituts sont des pôles dans la diffusion de la production littéraire, artistique, audiovisuelle ainsi que de communication, de conférences, de débats, d’échanges, de coopération et de relations bilatérales culturelles entre la France et les autres États.

Depuis son retour à Alger le 3 juillet 2017, Xavier Driencourt n’a procédé à aucune tentative de réouverture des annexes de Tizi Wezzu et de Vgayet, si tant est que, Vgayet, est dans cette liste et ce projet.

Son excellence l’Ambassadeur va-t-il étancher son regret et remettre sur le métier cette réouverture ? Ou bien sa volonté, donc celle de la France, restera-t-elle un vœu pieux ?

À ce propos l’ambassadeur a procédé à l’ouverture d’une nouvelle annexe de l’IF, à Ouargla et d’autres antennes vont bientôt être ouvertes à Tamanrasset et Hassi Messaoud.

En parallèle d’autres écoles françaises ont été ouvertes à travers ce pays appelé « Algérie » mais aucune en Kabylie occupée.
Il faut souligner que les américains ont fait de même avec l’American Corner (Centre Culturel Américain) à Alger, Oran, Constantine.
La Kabylie est la grande absente de ces projets d’envergures culturelles, éducationnelles et internationales. Elle subit un sabotage systématique, et c’est peu dire, et ce dans tous les domaines.

Dans les années 70, déjà le sinistre assassin Boumediene a fermé le consulat de France à Vgayet. Aujourd’hui la Kabylie n’en dispose d’aucun, obligeant les Kabyles à se rendre à Alger ou Annaba pour toutes les démarches administratives.

Au passage, il faut souligner que les partis dits Kabyles, et dont il ne reste de Kabyle que le nom, n’ont jamais exigé la réouverture de ces institutions françaises.

Les enfants Kabyles dans cette « Algérie » coloniale sont-ils voués à subir l’aliénation de l’école algérienne arabo salafiste et son obscurantisme religieux ?

Si les jeunes Kabyles émergent, jusqu’à présent, de ce drame pédagogique programmé, c’est grâce au sérieux, au professionnalisme des enseignants ainsi qu’au recours aux cours privés et aux soutiens scolaires familiaux. Toutes ces volontés réunies vont-elles longtemps résister au sabotage juré du pouvoir colonial.

La Kabylie souffre de la surcharge des classes, des infrastructures scolaires vétustes, de la précarité du transport scolaire, de l’insuffisance de cantines scolaires, d’un personnel enseignant et administratif restreint en nombre et surtout d’un programme pédagogique obscurantiste et aliénant, loin de susciter l’éveil et l’esprit d’analyse de l’enfant.

Des budgets faramineux sont consacrés à la construction de mosquées* en Kabylie, avec la complicité des pays du Golf tandis que les infrastructures et le personnel éducatifs constituent le parent pauvre*. Soulignons à ce propos que le Qatar, à travers son opérateur téléphonique en « Algérie », a financé à hauteur de 16 millions de dollars la campagne d’alphabétisation des vieilles Kabyles, qui sont dans la société Kabyle, les premières gardiennes et grandes transmetteuses de la langue maternelle, Taqvaylit.

Cet ostracisme culturel et éducationnel est pire que le sabotage économique que subit la Kabylie. Il est porteur de misère intellectuelle, de régression sociale et civilisationnelle, sources de tous les maux et fléaux sociaux.

* https://www.siwel.info/xavier-driencourt-regrette-la-non-reouverture-du-centre-culturel-francais-de-tizi-ouzou_2979.html

• La Kabylie occupée connait le plus grand nombre de mosquées. À Vgayet, la population se bat actuellement contre le projet de construction d’une nouvelle mosquée sur une surface de plus de un hectare dans le quartier de la cité Tobbal à proximité de deux autres… mosquées.

https://www.elwatan.com/edition/actualite/ils-refusent-denvoyer-leurs-enfants-dans-des-ecoles-a-tizi-ouzou-12-09-2018

SIWEL 251200 SEP 18

Partager ceci...