Le militant kabyle Oumdaoued Samir est relâché par la gendarmerie du régime colonial algérien

 KABYLIE(SIWEL) —Le militant pacifique du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), coordination de Tizi Gheniff, Oumdaoued Samir, a été relâché par la gendarmerie du régime colonial algérien après son arrestation aujourd’hui vers 10 h du matin au niveau de l’un des barrages dressés entre Tizi Gheniff et Draâ El Mizan. 

Le jeune militant était au bord d’un taxi en direction de Tizi-Ouzou lorsqu’il a été interpellé par les gendarmes et embarqué ensuite au poste de contrôle du campement de cette brigade de gendarmerie.

Samir Oumdaoued a subi une fouille et un interrogatoire dans le but de trouver n’importe quoi qui peut justifier son arrestation et porter ainsi des accusations contre lui. C’est ce piège qui a échoué. 

Samir Oumdaoued a refusé de signer le procès-verbal dressé par les gendarmes suite cette implacable intervention. Ils lui ont demandé de revenir plus tard pour récupérer son téléphone qui lui ont confisqué. 

Ces agissements visent tout simplement à dissuader les militants souverainistes en les harcelant au quotidien à travers des arrestations et des intimidations. En tout et pour tout, ces manœuvres d’intimidation et de répression ne font que renforcer la détermination du peuple kabyle à poursuivre son combat pour la liberté de la  Kabylie. 

Malgré le caractère pacifique des militants du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) ainsi que tous les souverainistes Kabyles, les services du colonialisme algérien ont créée un fichier spécial pour répertorier toute personne qui affiche son appartenance au MAK par son adhésion directe ou par son soutien et son implication dans les activités du mouvement. Des pratiques typiquement coloniales, très similaires avec les techniques de l’époque du colonialisme français. 

Nos ennemis de demain seront pires que ceux d’aujourd’hui , Mouloud Feraoun n’avait pas tort.

Les vrais criminels restent donc impunis et constituent en grande partie la meute qui gouverne les peuples de l’Algérie … Tous les crimes commis depuis 1962 à ce jour ne sont pas punis et leurs auteurs profitent de leur pleine liberté et agissent à leur guise. Plusieurs terroristes et criminels sont acquittés pour constituer des associations et des partis politiques… Une sorte de force de sociopathes qui garantissent la pérennité du régime mafieux algérien. 

Le colonialisme français a pris fin en « Algérie » suite à la guerre de libération de 1954/1962, menée majoritairement par les Kabyles. Le colonialisme algérien quant à lui va déguerpir de la Kabylie grâce à la détermination du peuple kabyle à travers son adhésion au Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie. 

Vive la Kabylie libre et indépendante.
SIWEL 143004 AVR 19

Partager ceci...