ALGER (SIWEL) — Le Front islamique du salut (FIS-dissous) et le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) sont le fruit d’une manœuvre politique d’un clan au pouvoir, a affirmé mardi à Alger Chihab Seddik, membre du bureau national du Rassemblement national démocratique (RND).

 

Meeting du RND à Alger : «le FIS et le RCD sont le fruit d'une manœuvre politique»
S’exprimant lors d’un meeting populaire marquant le 15e anniversaire de la naissance du RND dont le chef est l’actuel Premier ministre Ahmed Ouyahia, M. Seddik a estimé que « sans une manoeuvre politique au sommet de l’Etat à l’époque, ni le FIS ni le RCD n’auraient eu d’existence légale ».

Devant une assistance nombreuse constituée principalement de jeunes des quartiers populaires de la capitale mobilisés en la circonstance, Chihab Seddik a indiqué dans son discours tenu à la Maison du peuple de l’UGTA ne pas craindre de « tsunami islamiste » à l’occasion des prochaines élections législatives prévues le 10 mai prochain.

Il a accusé des chefs de partis islamistes algériens sans les nommer, d’avoir été financés par le Qatar et la Turquie pour vendre un modèle d’islam domestiqué par l’OTAN. « Ils vont au Qatar et en Turquie chercher quelques dollars et reviennent ici pour nous vendre leur modèle de religion », a-t-il accusé.

Le FIS a été dissous en 1992 tandis que le RCD que préside Saïd Sadi, parti à ancrage kabyle se disant ouvertement laïc, vient d’annoncer son boycott des prochaines législatives.

uz/bbi
SIWEL 211605 FEV 12

Partager ceci...